Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 14:18

 

Dans une de nos publications antérieures, nous vous avions dit que Zacharie MYBOTO, ancien hiérarque du PDG, victime des manœuvres de certains de ses anciens camarades, n’avait pas encore dit son dernier mot. Cet ancien baron du PDG s’était engagé à prendre sa revanche sur ceux qui l’avaient prématurément poussé à la porte de sortie de son ancien parti. Il attendait le moment opportun pour mettre à exécution son plan.

C’est l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009 qui va permettre au Boa de Mounana de porter un coup fatal à AMO, ancien candidat indépendant, à la recherche d’un Parti au sein duquel il aurait le beau rôle. L’illustre fils du Haut – Como est tombé sous le charme du Président de l’UGDD qui, aux dires des partisans d’AMO, aurait demandé  à ce dernier de le rejoindre aux fins de prendre les rênes de son Parti alors que Zacharie lui-même inaugurerait les chrysanthèmes. Il se dit également dans les milieux proches d’AMO que MYBOTO ne sera pas candidat aux prochaines présidentielles. C’est pourquoi AMO estime qu’il peut prendre l’UGDD comme Léon MBA l’avait fait avec le BDG de GONDJOUT.

En acceptant « l’offre » de MYBOTO, AMO et ses amis sont pris au piège. Ils n’ont pas évalué la capacité de nuisance du Boa de Mounana. Zacharie n’est pas aussi naïf pour se faire hara kiri. Il a réussi la première étape de sa démarche : l’adhésion d’AMO à son Parti. En cas de manœuvres de déstabilisation de la part de l’Homme de Barcelone, le Président de l’UGDD pourra le mettre à la porte comme un malpropre. MYBOTO sait très bien que l’adhésion d’AMO à l’UGDD va nécessairement provoquer un effet pervers : le rejet de l’électorat du Woleu-Ntem qui ne comprendra pas la démarche de l’illustrissime fils de Medouneu et celui des  cadres de l’UGDD qui n’acceptent pas l’introduction d’un ver dans leur fruit. Malgré tout cela, MYBOTO tient d’abord à réduire AMO à sa plus simple expression. Selon les nouvelles qui nous parviennent de la Province septentrionale du Gabon, AMO serait déjà traité de traître. Les populations qui l’ont soutenu ne se retrouvent pas dans ses choix. Elles ont tout simplement compris qu’elles ne pouvaient plus compter sur la proie du Boa de Mounana.

MYBOTO a donc eu raison d’AMO. Ce dernier avait déjà oublié ses manœuvres qui ont poussé  Zacharie à la démission du PDG. Tel est pris qui croyait prendre. AMO termine sa carrière politique dans le ventre du Boa de Mounana. Un grand reste toujours un grand, a-t-on coutume de dire.

Repost 0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 14:16

thumbs_DSCF0040.jpgNous ne sommes pas les seuls à avoir entendu l’Homme de Barcelone annoncer, lors de son meeting de Kango, que les gabonais doivent s’attendre à de grands changements en 2010, sans en préciser la nature.

Rappelons nous les promesses de la campagne électorale de la présidentielle anticipée de 2009. « Je ne reculerai pas. J’irai jusqu’au bout. Je ne laisserai personne voler ma victoire. N’ayez pas peur. J’ai la clé dans ma poche. »

Les élections terminées, nous n’avons rien vu de tout cela. Nous ne savions pas que le fils du Haut-Como était un adepte de l’antiphrase. Il a tout fait sauf ce qu’il a promis. Outre le fait que la victoire lui a été volée, l’Homme de Barcelone a même été classé 3ème après avoir momentanément occupé la 2ème place. C’est dire qu’il a même été nargué par son frère qui n’a pas accepté la trahison. L’homme qui ne recule pas et qui va jusqu’au bout a ainsi enregistré sa première reculade postélectorale, se contentant d’entrer dans le jeûne. Les électeurs commencent à se demander si AMO détenait la bonne clé. A-t-il été roulé dans la farine ? S’interroge l’homme de la rue, sceptique et apeuré. Faut-il encore faire confiance à un homme qui ne tient pas ses promesses ? Aujourd’hui, il n’ose plus dire exactement ce qu’il compte faire en 2010. C’est pourquoi il se permet de parler vaguement des « grands changements ». De quoi s’agit-il ? De son retour imminent dans la maison-mère ? De la destruction de l’opposition ? Rien n’est moins sûr. Toujours est-il que les gabonais attendent impatiemment la réalisation des promesses de Kango, car nous sommes déjà en 2010. Que devons-nous attendre exactement de l’Homme de Barcelone au cours de cette année ?

Publiquement, AMO est favorable à la création d’un « grand parti politique national de l’opposition » qu’il souhaite transethnique, pour mieux affronter le PDG. En milieu fang, il tient un discours ultra tribaliste pour rallier ses frères à sa cause. Suivez-le en privé et vous saurez qu’il est vraiment un homme aux multiples facettes dont il faut s’éloigner.

De notre part, nous n’attendons rien de lui sinon une énième trahison au cas où Zacharie ne lui cèderait pas la tête du Club National des Dissidents du PDG alias « grand parti national de l’opposition ».

Gabonais, méfiez-vous des promesses non tenues par des « boulangers politiques » qui, profitant de votre inflexible aspiration au changement, ne cessent de vous rouler dans la farine pour atteindre leurs objectifs égoïstes.

A bon entendeur, salut !

Repost 0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 14:11

Ceux qui connaissent bien la mythologie grecque se rappellent l’histoire du Roi légendaire de Corinthe, Sisyphe, qui, un jour aperçut un aigle immense, plus grand et plus beau qu’aucun oiseau mortel. Cet oiseau emportait une jeune fille vers une île voisine. Peu après, le dieu-fleuve Asopos vint lui dire que sa fille Egine avait été enlevée et qu’il soupçonnait Zeus d’être l’auteur de ce rapt ; il supplia Sisyphe de l’aider à retrouver son enfant. Le Roi lui raconta alors ce qu’il avait vu et par là s’attira la colère de Zeus. Précipité dans les enfers, il fut condamné à faire rouler sur la pente d’une montagne un rocher qui retombait toujours avant d’avoir atteint le sommet.  Finalement, Sisyphe ne put aider Asopos.

Le Club National des Dissidents du PDG alias CND-PDG alias « Grand Parti National de l’Opposition » est engagé, selon ses leaders, dans le processus « irréversible » de la construction de l’unité de l’opposition aux fins de vaincre leurs frères du PDG au pouvoir. Quoi de plus normal. Mais lorsque nous convoquons l’histoire politique de notre pays, depuis les 20 dernières années, il apparaît que ces néo opposants pdgistes sont condamnés, tel Sisyphe, à effectuer une tâche interminable. Autrement dit, les intéressés poursuivent un objectif inaccessible et absurde : l’unité de l’opposition gabonaise.

En effet, l’opposition gabonaise, constituée d’éléments aux intérêts divergents, a, plus d’une fois, tenté de se regrouper. Nous connaissons l’issue de ces différentes expériences, depuis le FUAPO, la COD, le Haut Conseil de la République, le Haut Conseil de la Résistance jusqu’à la Convention des Forces du Changement. L’unité de façade affichée n’a pas pu résister aux assauts des braconniers politiques dont certains se retrouvent présentement au sein de la Coalition. C’est dire que cette structure porte déjà en elle les germes de sa propre destruction.

Nous constatons malheureusement que la mise en place du « grand parti national de l’opposition » vise la déstabilisation des partis de l’opposition déjà implantés sur l’ensemble du territoire et qui méritaient d’être renforcés par les dissidents du PDG, si tant est que leur ambition est le changement véritable en faveur du peuple. Si tel n’est pas le cas, d’où viendront les militants de ce grand parti sinon essentiellement des rangs des partis de l’opposition. Ces néo opposants pdgistes poursuivent leur braconnage, sachant très bien que la solution du problème gabonais ne se trouve pas dans la création de nouveaux partis. En définitive, ils sont venus achevés leur œuvre destructrice.

Repost 0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 13:52

Quand les leaders de la Coalition ou du Club National des Dissidents du PDG (CND-PDG) tentent d’assiéger le Département du Haut-Ntem, il y a lieu de chercher à savoir ce que ces derniers peuvent faire pour sortir cette localité de sa situation actuelle. Nous savons que ce Département et sa capitale ont été marginalisés depuis des décennies alors que ceux qui prétendent aujourd’hui améliorer le sort des gabonais étaient encore aux affaires. Le Haut-Ntem a été victime de toutes sortes de brimades. Tout était fait pour révolter les compatriotes de cette partie du Gabon. C’est pourquoi les ressortissants du Haut-Ntem ont massivement adhéré à l’opposition dès la réinstauration du multipartisme en 1990. Parmi les raisons de cette aversion contre le Parti au pouvoir, animé par les leaders de la Coalition, dont Zacharie MYBOTO, André MBA OBAME, Casimir OYE MBA, Jean EYEGHE NDONG, il y a le fait que la route bitumée qui devait relier le Cameroun au Gabon en passant par Minvoul a été réalisée au profit d’un autre Département. Il y a également le refus opposé à la demande d’un 3ème Siège de Député au profit du Haut-Ntem. Toute chose qui fait qu’un Député couvre deux grands cantons (les cantons Sud et Sossolo-Ntem). Ces problèmes auraient pu être résolus quand toutes les personnalités citées plus haut étaient aux affaires. A cette époque là, seuls leurs intérêts personnels comptaient. Cela ne nous surprend pas quand on sait que les localités d’origine des intéressés étaient abandonnées à leur triste sort. Maintenant qu’ils ne sont plus aux affaires et qu’ils nous ont démontré que seuls comptent leurs propres intérêts, les populations de Minvoul savent ce qu’elles doivent faire : leur tourner le dos et leur rappeler le mauvais travail accompli aux dépens de leur localité.

En définitive, il n’y a rien à attendre de ceux qui cherchent tout simplement à régler des comptes à leurs anciens camarades sans plus.

Que les populations du Haut-Ntem ne tombent pas sous le charme du Conspirateur National et de ses camarades dissidents du PDG. Qu’elles ne s’engagent pas dans cette lutte fratricide qui ne leur apportera rien du tout. Ces membres du Club National des Dissidents du PDG devaient penser à vous quand ils avaient la possibilité de vous satisfaire.

Repost 0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 13:43

A la suite de nos investigations, et des sources proches du leader concerné, la nouvelle du décès ne semble pas confirmée. A suivre

Repost 0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 13:34

Selon des sources bien informées, un membre de l'Union Nationale (UN) évacué en France à la suite des complications post opératoires serait décédé en France. Nous suivons l'évolution de ce dossier.

Repost 0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 13:04

L’homme qui ne recule jamais et qui va toujours jusqu’au bout a promis beaucoup de choses au peuple gabonais parmi lesquelles la défense de sa victoire, conscient, selon lui, qu’il maîtrisait parfaitement la machine électorale du PDG. En bon mythomane, Il avait juré qu’il ne laisserait personne lui voler la victoire. Le peuple, avide de changement et exaspéré par de multiples coups d’état électoraux, a suivi l’exemple de Saint Thomas, en se mettant derrière l’Homme de l’Hôpital Quiron. Ce soutien a été à la hauteur des espérances. Le discours de l’Homme de Barcelone a fait rêver les partisans du changement qui se croyaient devant le Messie, celui qui allait enfin mettre un terme au cauchemar vécu depuis une quarantaine d’années. L’assurance affichée par le Conspirateur National ne pouvait que rallier les partisans du changement autour de celui qui, 25 ans durant, a mis son intelligence au service du mal. Zacharie en sait quelque chose. Si Zacharie ne prend pas ses dispositions à temps, il risque d’être victime d’un autre coup qui sera fatal, cette fois-ci, avec la création du fameux « grand parti ».

Au lendemain de l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009, zéro  pointé relativement aux promesses. Les partisans du changement constatent tout simplement que l’Homme de Barcelone a reculé et n’est plus allé jusqu’au bout, à savoir défendre bec et ongles sa victoire. Qu’est-ce qui explique cette reculade programmée ? Le Conspirateur National tente maladroitement d’expliquer cela par l’option non violente de sa démarche. Toute chose qui cache mal le contrat passé avec son frère : aller perturber l’organisation mise en place par l’opposition aux fins d’ouvrir un boulevard à l’actuel locataire du Palais du Bord de Mer. La grève de la faim était une entrée dans le jeûne afin de demander au Très Haut de laisser son frère en paix et d’éviter un soulèvement populaire. C’est pourquoi, au terme de ce jeûne, il a déclaré avoir atteint son objectif, celui de s’interposer entre son frère et l’opposition qu’il devait distraire.

Sa mission n’est pas encore terminée. L’objectif terminal consiste à neutraliser complètement les partisans du changement. Cet objectif sera atteint lorsque « le grand parti » sera mis en place et lorsqu’il prendra effectivement les rênes de cette structure.

Partisans du changement missu bala ! Demandez à l’Homme de Barcelone à qui il a remis sa clé. Nous attendons toujours la réponse à cette question. Ne lui faites pas confiance tant que vous n’avez pas de réponse.

Repost 0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 13:01

1248957018-MBA.jpgCertains  détracteurs du leader du Rassemblement Pour le Gabon n’ont de cesse de dénoncer sa démarche qui consiste à se rapprocher du pouvoir. Ils avouent leur incapacité à comprendre la stratégie adoptée par cet homme politique. En somme, ils veulent comprendre ce que MBA ABESSOLE veut du Gabon. Pour projeter un peu de lumière sur les points d’ombre, il conviendrait de rappeler les propos tenus par ce leader politique au cours de l’Assemblée Générale des Femmes de son Parti, le 4 mai 2002. Dans son allocution d’ouverture, Paul MBA ABESSOLE indique les 4 étapes par lesquelles nous sommes passés depuis 1968.

La 1ère étape est celle du Discours unanimiste, entre 1968 et 1990. Cette étape a été marquée par le système du parti unique d’inspiration totalitaire qui ne peut conduire à un développement durable. Les rigueurs de ce système n’ont cependant pas empêché la naissance des courants clandestins favorables à l’ouverture démocratique.

La 2ème étape, celle du Discours conflictuel, entre 1990 et 1999, correspond à celle du multipartisme intégral. Elle se caractérise par des discours incendiaires contre les autres, avec la volonté de les soumettre ou les anéantir pour exister soi-même. Ces discours n’avaient pas pour objectif de détruire les maux qui nous assaillent. Période de la balkanisation du Gabon, selon MBA ABESSOLE. On ne pouvait impunément continuer sur cette voie.

La 3ème étape, celle du Discours convivial, entre 1999 et 2000, a permis de marquer un arrêt du discours conflictuel pour que chacun constate que tout le monde ne peut pas lui ressembler. Il ne peut exister une harmonie que dans le mélange des différences. A ce stade, il n’y avait pas encore de projet commun, pas d’actions communes. Cette étape a préparé les conditions pour des actions communes décidées consensuellement.

La 4ème étape, celle du Discours républicain, à partir de 2001. C’est l’étape actuelle qui se caractérise par la prise de conscience de certaines valeurs communes : la démocratie, la Nation, l’Education, la Santé. Nous sommes également conscients des maux dont nous souffrons ensemble : l’insécurité, la pauvreté, l’immoralité. L’ampleur de ces problèmes, selon le leader du RPG, est telle que personne ne peut les résoudre tout seul. Tel est également le point de vue du Président de la République ALI BONGO ONDIMBA. Il l’a fait savoir à MBA ABESSOLE lors de leur entretien du 23 février 2010. C’est pourquoi il faut un Rassemblement de toutes les forces et de toutes les intelligences du pays. Comme vous le constatez, cette volonté longtemps exprimée par Paul MBA ABESSOLE vient de se matérialiser par la signature de la Charte qui consacre la création de la Majorité Républicaine pour l’Emergence. Cette majorité se forme autour des grandes valeurs et non plus autour d’un individu.

Repost 0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 12:59

Dans nos précédentes parutions nous  mettions Zacharie MYBOTO et les siens en garde relativement aux manœuvres  de son Secrétaire Exécutif André MBA OBAME. Les faits nous donnent raison aujourd’hui. Vous vous souviendrez que nous vous avions dit que l’Homme de Barcelone avait juré d’aller jusqu’au bout de sa démarche qui consiste à réduire MYBOTO à sa plus simple expression. N’oublions pas que  MBA OBAME est l’un des pédégistes qui ont poussé Zacharie à la porte de sortie du Parti de masse. La création et le développement de l’UGDD mirent  AMO dans tous ses états. Pour André MBA OBAME, cette structure politique allait remettre le Boa de Mounana debout. Il lui fallait donc trouver un moyen de contrecarrer Zacharie. Pour atteindre son objectif, il décida de regagner les rangs de l’UGDD aux dépens du Parti de son neveu qui l’avait pourtant soutenu lors de l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009. Il voulait ainsi s’attirer la sympathie des militants de l’UGDD qui n’avaient pas une bonne opinion de lui. Afin de nettoyer son image aux yeux des partisans de MYBOTO, AMO, dans ses discours, va mettre un accent particulier sur la lutte contre le tribalisme. Il se présente comme un grand rassembleur. Tout cela pour séduire les militants de MYBOTO. Dans la même veine, il suggère la création d’un « grand parti national de l’opposition ». Derrière cette idée se cachait quelque chose que nous subodorions depuis longtemps : la disparition de l’UGDD et de son fondateur. Pour étayer ce qui précède, je vous renvoie aux différentes sorties du « grand parti national de l’opposition ». AMO s’est toujours présenté publiquement comme le leader de cette structure politique. De plus, ses fans disent à qui veut l’entendre que : « Zacharie est vieux. Il n’est qu’un Président Honorifique. La réalité du pouvoir revient désormais à AMO qui sera le prochain présidentiable de la nouvelle entité politique ». Pour porter un coup fatal à Zacharie, André MBA OBAME a choisi comme dénomination du nouveau parti « L’UNION NATIONALE » (UN). Il savait très bien, en sa qualité d’ancien ministre de l’Intérieur, qu’un autre compatriote avait déjà fait enregistrer un parti politique avec la même dénomination. Il savait aussi que ce compatriote avait été candidat à l’élection présidentielle de 2005. En choisissant cette dénomination, AMO a voulu tout simplement embarrassé Zacharie et ses amis. Le Boa de Mounana est contraint de reconstituer son ancien parti. Ses  candidats vont se présenter aux prochaines élections sous la bannière de l’UGDD. Autrement dit la décision du Congrès qui consacre l’UN est nulle et de nul effet. Les membres de la Coalition sont donc revenus à la case départ. Nous avions prévenu les militants de l’UGDD. Nous leur avions demandé de se méfier du Conspirateur National devenu également Usurpateur. Un homme averti en vaut deux, a-t-on coutume de dire. C’est pourquoi nous demandons aux militants de l’UGDD de conserver leurs anciennes cartes et de demeurer vigilants. Il n’est pas question de laisser un intrus détruire impunément une œuvre laborieusement conçue et mise en place.

Repost 0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 12:57

Telle est la question que les observateurs avertis de la politique gabonaise se posent présentement, au vu des tractations engagées dans les états major des partis membres de la Coalition. Les confidences de quelques cadres proches de l’Homme de Barcelone nous révèlent que MYBOTO s’est réconcilié avec son ancien camarade. Comme gage de sincérité, il a promis à son ancien bourreau la direction de l’UGDD, son parti. Pour maquiller tout cela, ils passent par la création d’une nouvelle structure au sein de laquelle, Zacharie inaugurera les chrysanthèmes. En effet, malgré sa fonction de président du CND-PDG, Myboto ne contrôlera plus rien, laissant ainsi le champ libre au Conspirateur National, officiellement au nom de la lutte contre la tribalisation des partis politiques. Il s’agira officiellement encore de construire une alliance Nord-Sud aux fins de vaincre le PDG. Il se dit également, dans les milieux du Conspirateur National, que MYBOTO est déjà vieux et qu’il n’a plus d’ambitions politiques. C’est pourquoi il a proposé à AMO, qui est à la recherche d’un parti, d’utiliser l’UGDD. C’est donc autour de ce Parti que se formerait le nouveau parti en gestation. C’est ce que les partisans d’AMO disent.

Qu’en pense Zacharie MYBOTO? Publiquement, il n’a fait aucune déclaration allant dans le sens évoqué ci-dessus. Toutefois, certains hommes politiques avisés estiment que MYBOTO n’est pas un homme naïf. Son expérience sur la vie politique de son pays ne lui permet pas de poser certains actes qui pourraient lui être préjudiciables. Il connaît très bien ses anciens camarades. Il connaît suffisamment leur capacité de nuisance, ayant déjà été victime de leurs manœuvres inqualifiables. Tout cela nous conduit à nous interroger sur l’ouverture de l’homme. Que vise-t-il en ouvrant les portes de son Parti à un individu aussi cynique que le fils du Haut-Como? Que cherche-t-il quand il fait croire à MBA OBAME qu’il sera le présidentiable de la nouvelle structure dont le noyau est bien l’UGDD ? Qu’en pensent les cadres et les militants de ce Parti  dont les espoirs reposent sur le fondateur?

A notre avis, MYBOTO saisit la meilleure occasion qui s’offre à lui pour régler les comptes à son ancien camarade qui était à l’origine de sa sortie précipitée du PDG. Car « Si l’oiseau oublie le piège, le piège n’oublie pas l’oiseau », dixit OBO. Zacharie ne tient pas à rater cette occasion pour mettre un terme aux manœuvres du Conspirateur National. De son côté, AMO cherche un passage en force pour écarter l’ancien Secrétaire Administratif du PDG. C’est pourquoi, à chaque manifestation de la Coalition, il demande à ses fans de crier « AMO Président ! ». Comme nous vous l’avions déjà dit, la lutte fratricide ouverte entre PDGistes ne fait que commencer. A bon chat, bon rat, dit-on  souvent.

Repost 0