Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 10:15

Campagne de l'élection partielle du 6 juin 2010 a-copie-5Campagne de l'élection partielle du 6 juin 2010 a-copie-1Elections partielles 2010 et Ministère de la Culture 006Campagne de l'élection partielle du 6 juin 2010 a-copie-4

 

 

 

 

 

A l'entame de toutes ses causeries qu'il anime et qui se poursuivent dans le cadre de la campagne électorale de l'élection législative partielle du 6 juin 2010, dans le 1er Siège du 2ème Arrondissement de Libreville, Paul MBA ABESSOLE exprime ses inquiétudes relativement aux décès prématurés de nombreux jeunes de telle sorte que le candidat titulaire de la Majorité Républicaine Pour l'Emergence demande aux jeunes s'ils veulent vraiment vivre. Selon le Président du RPG, les jeunes doivent chercher à vivre plus longtemps pour assurer la relève et vivre les grands changements qui s'amorcent actuellement au Gabon. Il a ensuite fait remarquer qu'il n'a pas d'ennemis et qu'il n'a jamais été jaloux de qui que ce soit, en se reférant aux nombreux articles parus ces derniers jours et qui disent que MBA ABESSOLE est à couteaux tirés avec Jean EYEGHE NDONG, ancien hiérarque du PDG récemment passé avec armes et bagages dans l'opposition. Pour le Président du RPG, chacun d'eux a ses points de vue. Ce qui est tout à fait normal.

Le souhait exprimé par le candidat titulaire du ticket RPG/PDG est de voir tout le monde se mettre ensemble pour produire. Il regrette cependant que ce message ne soit pas encore bien perçu par de nombreux gabonais.

Par rapport à la prétendue samba à laquelle il se livrerait, c'est-à-dire le fait de passer d'un camp politique à un autre, MBA ABESSOLE estime que sa démarche consiste à démontrer que l'opposition et la majorité défendent les mêmes idées. A partir du moment où les compatriotes de ces deux camps politiques défendent les mêmes idées, il est donc nécessaire qu'ils se retrouvent pour rechercher les voies et moyens qui permettent la mise en oeuvre de celles-ci. Que ce soit la majorité ou l'opposition, tout le monde est d'accord sur le fait que notre pays a besoin des cadres bien formés, des populations bien soignées. Tout comme tout le monde partage l'idée de donner du travail aux jeunes gabonais et de doter chaque citoyen d'un logement décent. Pourquoi ne pas adopter un programme commun pour construire ensemble ce que tout le monde veut, s'interroge-t-il.

Par ailleurs, notre système politique traditionnel, ajoute-t-il, ne connaît pas l'opposition et la majorité. Dans les villages, poursuit-il, il n'y avait ni majorité ni opposition. Lorsqu'il y avait un problème, tout le monde se retrouvait pour la recherche d'une solution consensuelle. C'est  ce vers  quoi nous mène la Majorité Républicaine, conclut-il.

L'alliance RPG/PDG constitue, selon MBA ABESSOLE, la preuve que quelque chose est en train de bouger au Gabon. Il est convaincu que ceux qui l'insultent aujourd'hui finiront par le rejoindre dans la Majorité Républicaine, car une fois les insultes terminées, ils reviendront inexorablement sur les idées que son camp politique développe présentement. Les injures, dit-il, ne constituent pas un programme politique. Pour sa part, il estime que le 2ème Arrondissement a beaucoup souffert des pratiques du système politique actuel qui repose sur l'affrontement permanent entre la majorité et l'opposition. Ce système politique a divisé le pays, en général, et le 2ème Arrondissement en particulier. La nouvelle vision politique a pour objectif de libérer les gabonais. Comment? A partir du moment où le PDG et le RPG travaillent désormais ensemble au 2ème Arrondissement, il n' y aura plus d'exclusion. On ne demandera plus aux populations nécessiteuses de cet arrondissement à quel bord politique elles appartiennent avant qu'un homme politique sollicité ne rende le service demandé. Il convient de rappeler que le RPG et le PDG sont les seuls partis les mieux implantés dans le 2ème Arrondissement de Libreville. D'ailleurs, le Président du RPG envisage la fusion du PDG et du RPG dans les prochains jours.

Le ticket RPG/PDG du 2ème Arrondissement veut aussi donner une nouvelle vision du Député. Cet élu, selon MBA ABESSOLE, devra désormais animer, en dehors de ses missions traditionnelles, une communauté de jeunes et promouvoir la solidarité entre ces derniers. Paul MBA ABESSOLE n'attend aucune reconnaissance en retour, s'appuyant en cela sur un conseil que le défunt Président de la République Omar BONGO ONDIMBA lui avait donné. En effet, il lui avait dit:"Paul, fais ce que le coeur te dit de faire pour le bien du pays. N'attend aucune reconnaissance en retour".

Pour que tout ce qu'il dit se concrétise, il invite tous les électeurs à retirer leurs cartes d'électeurs et à se rendre massivement dans les bureaux de vote le 6 juin 2010 pour faire élire le ticket gagnant RPG/PDG. Le même appel a été lancé par le Directeur de campagne, Mme Marie Rose MELIGHE ME NGWA  et le candidat suppléant, Jean de Dieu MEYO ME MBA, membre du Conseil National du PDG

 

 

Repost 0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 23:34

Elections-partielles-2010-et-Ministere-de-la-Culture-006.jpgCampagne-de-l-election-partielle-du-6-juin-2010-a-copie-7.jpgCampagne-de-l-election-partielle-du-6-juin-2010-a-copie-6.jpgCampagne-de-l-election-partielle-du-6-juin-2010-a-copie-5.jpgCampagne-de-l-election-partielle-du-6-juin-2010-au-2eme-A.jpgCampagne-de-l-election-partielle-du-6-juin-2010-a-copie-1.jpg

Campagne-de-l-election-partielle-du-6-juin-2010-a-copie-2.jpgCampagne-de-l-election-partielle-du-6-juin-2010-a-copie-4.jpgCampagne-de-l-election-partielle-du-6-juin-2010-a-copie-3.jpg

Repost 0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 14:48

DSC00331DCAM0001DSC00333DCAM0096.JPGDCAM0097.JPGDSC00329.JPGDSC00335.JPG

Repost 0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 13:59

DSC00331.JPGDCAM0001.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-

Le dimanche 23 mai 2010, la Majorité Républicaine pour l’Emergence a procédé au lancement de la campagne électorale relative à l’élection législative partielle du 1er Siège du 2ème Arrondissement de Libreville dans l’enceinte de l’Ecole Publique Martine Oulabou.

Cette grande manifestation politique a vu la présence effective de nombreux hiérarques du Parti Démocratique Gabonais (PDG) dont le Premier Ministre, représentant le Président de la Majorité Républicaine pour l’Emergence, Paul BIYOGHE MBA. Il y avait aussi le Secrétaire Général Adjoint du PDG, Emmanuel NZE BEKALE et e Jean de Dieu MEYO ME  MBA, candidat suppléant de l’alliance RPG/PDG

Du côté du Rassemblement Pour le Gabon (RPG), outre son Président, Paul MBA ABESSOLE, candidat titulaire à cette élection dans la circonscription concernée, on notait aussi la présence du Vice président, Pierre Claver MVELE NDANGO ainsi que d’autres hauts responsables de ce Parti venus apporter leur soutien indéfectible à leur premier responsable.

De nombreux leaders d’autres partis membres de la Majorité Républicaine pour l’Emergence sont également venus manifester leur solidarité à leurs alliés engagés dans cette compétition électorale.

Faut-il rappeler que la Majorité Républicaine pour l’Emergence fait face, au 2ème Arrondissement de Libreville, à un ancien hiérarque du PDG et ancien Premier Ministre, Jean EYEGHE NDONG, récemment passé avec armes et bagages à l’opposition et plus précisément à l’Union Nationale (UN).

Plusieurs interventions, entrecoupées par la prestation des artistes et groupes culturels, ont ponctué cette cérémonie.

C’est la directrice de campagne du ticket RPG/PDG, Mme Marie-Rose MELIGHE ME NGWA, qui a ouvert cette série d’allocutions par la présentation au public de ses candidats. Elle a été suivie du représentant des jeunes de la Majorité Républicaine, de la représentante des femmes, du Secrétaire Général Adjoint du PDG, Emmanuel NZE BEKALE, du Vice Président du RPG, Pierre Claver MVELE NDANGO, du candidat Paul MBA ABESSOLE et du Premier Ministre, Paul BIYOGHE MBA.

Outre le soutien apporté aux candidats de la Majorité Républicaine pour l’Emergence, les intervenants sont longuement revenus sur les enjeux actuels et la nécessité pour les Gabonais de penser Gabon d’Abord aux fins de relever les grands défis auxquels ils font face et faire figurer le Gabon au rang des pays émergents. Selon Emmanuel NZE BEKALE, le PDG et le RPG ne peuvent que gagner cette élection partielle dans la mesure où, depuis 1990, le 2ème Arrondissement est toujours resté dans les mains des deux partis précités. Cette circonscription est donc un lit à deux places (RPG et PDG). Il n’y a pas de place pour une troisième personne, a-t-il conclu.

Le discours du candidat titulaire, Paul MBA ABESSOLE, a constitué le clou de la manifestation. Paul MBA ABESSOLE a tout d’abord tenu à exprimer sa joie de vivre cette rencontre considérée jusque là comme une utopie pour certains. Le temps, selon lui, a fait son travail sur les uns et les autres. Il a toutefois regretté la disparition de ceux qui auraient voulu vivre ces instants. Le candidat de la Majorité Républicaine a exhorté les uns et les autres à ne pas aller à la facilité de la parenté. Ce qui se fait aujourd’hui, a-t-il fait observer, est l’inauguration de l’idée de la Majorité Républicaine, une ouverture de nouvelles perspectives pour hisser le Gabon au rang des pays émergents tels que le Brésil, l’Afrique du Sud, l’Île Maurice, la Chine, l’Inde, etc. Ces pays présentent des critères des pays développés qui sont, entre autres :

-         Les ressources humaines bien formées dans les secteurs clés de l’économie ;

-         L’existence des partenariats gagnant-gagnant ;

-         Un inventaire exhaustif des ressources naturelles ;

-         Le développement culturel ;

-         Le passage progressif de la consommation à la production ;

-         L’existence des PME et PMI performantes ;

-         Une recherche scientifique avancée.

C’est donc à un énorme programme que la Majorité Républicaine a affaire, a-t-il relevé.

De plus, Paul MBA ABESSOLE a défini la Majorité Républicaine pour l’Emergence comme un cadre à l’intérieur duquel on doit mettre en place une méthode de bonne gestion de nos différences et de nos compétences dans tous les secteurs d’activité. C’est une plate forme ouverte qui stimule nos différents savoirs et compétences, au-delà des clivages idéologiques, clivages fermés les uns aux autres. Ces clivages nous ont empêchés, d’après lui, d’avancer ces dernières années. Un véritable gâchis de potentialités

Il s’agit, selon l’intéressé, d’une volonté de promouvoir, entre nous, des relations multilatérales éloignées de la hargne de certains dont l’objectif est plus de diviser qu’unir. Nos différences, a-t-il ajouté, n’ont rien à voir avec les divisions qui sont les conséquences des affronts des égoïsmes. Nos différences, selon l’orateur, constituent des matériaux destinés à la construction d’un même édifice, la Nation gabonaise.

Quelles sont ces différences, selon Paul MBA ABESSOLE ? Il s’agit de nos communautés culturelles (ethnies), de nos provinces, de nos formations, des compétences, des rôles sociaux qui doivent être utilisés à tous les niveaux pour la construction de notre édifice. Toutes ces richesses n’ont pas été utilisées. Or, le principe de nos communautés traditionnelles reconnaît les capacités, les savoir-faire de chacun. Celui-ci doit exercer dans le domaine où il est compétent et où il a la possibilité de déployer sa personnalité. Cela n’a pas pu se faire parce que le système politique que nous avons adopté est loin de nos traditions. Il a été pris sans effort de contextualisation. Notre système traditionnel ne mettait aucune compétence en veilleuse. Nous sommes divisés en opposition-majorité. Ceux qu’on dit opposants sont systématiquement écartés de la gestion de la chose publique pendant 7 ans, avant de réitérer leurs bonnes idées pour le pays. On perd ainsi un nombre impressionnant de compétences. Beaucoup de promoteurs d’idées nouvelles sont morts ces dernières années, emportant avec eux leurs bonnes idées. C’est pourquoi Paul MBA ABESSOLE estime que le système majorité-opposition est destructeur.

La Majorité Républicaine pour l’Emergence a pour ambition d’utiliser toutes les intelligences, toutes les compétences, tous les cerveaux en temps réel  et de les mettre en synergie avec les autres. Dans cette perspective, a-t-il poursuivi, une importance particulière sera accordée à la formation des intelligences qui commencera par un toilettage de celles-ci, car beaucoup d’entre elles sont polluées par des préjugées, ébréchées par le manque d’entretien, anesthésiées par le découragement, au point qu’elles manquent actuellement de force pour dire la vérité. Cette formation se poursuivra dans la réappropriation des savoirs traditionnels et dans l’acquisition  et la création des savoirs modernes. Cela implique une organisation des équipes d’hommes et de femmes déterminés, acquis aux idées de changement positif. Paul MBA ABESSOLE a exprimé la volonté de commencer ce travail au 1er Siège du 2ème Arrondissement. De là naîtra, selon lui, un nouveau sentiment de solidarité entre les gabonais. Il souhaiterait réinstaurer des relations normales, simples, fraternelles pour sortir progressivement chaque Gabonais de la tendance que nous avons au repli identitaire. Ce repli met le Gabon dans l’incapacité d’évoluer positivement. Le constat de ces replis a amené les candidats de la Majorité Républicaine pour l’Emergence à adopter comme thème de campagne « la solidarité ». Ils veulent la solidarité en ville, dans les villages, dans les familles, dans les entreprises, dans les écoles, dans les partis, partout pour mettre debout un Gabon nouveau. Ils veulent voir se lever un jour nouveau dans le 2ème Arrondissement de Libreville. Pour cela, ils doivent avancer ensemble et solidaires. Paul MBA ABESSOLE a demandé aux militants du RPG, du PDG ainsi que ceux des autres partis de la Majorité Républicaine de se mettre debout.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 10:06

Copie-de-DSC00323.JPG 

                   Une partie de l’assistance

 

 

 

 

Sur invitation du bureau de la Cellule Provinciale de Réflexion du Rassemblement Pour le Gabon (RPG) de la Province du Woleu-Ntem, Paul MBA ABESSOLE, Président du RPG, s'est entretenu, le 21 mai 2010, avec les militants et sympathisants de cet organe spécial au siège de son parti, sis à Petit Paris, dans le 3ème Arrondissement de Libreville. Cet entretien portait essentiellement sur l'actualité politique du Gabon et plus particulièrement sur les tenants et aboutissants de la mise en place de la Majorité Républicaine. Le Président a fait un long développement sur la nécessité pour le Gabon de mettre présentement en place un système politique qui tienne désormais compte de tous les dépositaires des savoirs et savoir faire de notre pays. En effet, pour Paul MBA ABESSOLE, il est important pour le décollage et le développement du Gabon que tous les cerveaux, quel que soit le bord politique auquel ils appartiennent, soient utilisés. Pour lui, le système actuel repose sur le conflit, la domination de l'autre et l'exclusion. Il est temps pour que nous mettions en exergue certaines valeurs qui ont fait la force de nos sociétés traditionnelles, à savoir la solidarité, le consensus, le respect de l'ancien, etc .

Le Président du RPG estime que la différence existe pour créer la beauté et la rencontre. Toutes choses qui génèrent une dynamique de progrès. La différence crée l'harmonie, à l'instar de la combinaison des sons qui crée l'harmonie dans la musique.

La Majorité Républicaine va procéder au répérage de toutes les potentialités pour mettre en place un système qui ne sacrifie aucune intelligence. Ce concept a une vision holistique de la réalité Gabon.

A la fin de l'entretien, la Présidente de la Cellule de Réflexion Provinciale du Woleu-Ntem, Mme ASSANGONO OLUI, au nom des militants de sa structure politique, a remis une enveloppe en guise de soutien au président du RPG, candidat aux élections  législatives partielles du 2ème Arrondissement de Libreville qui auront lieu le 6 juin 2010. Elle a en outre demandé à ses amis de se mobiliser autour de leur Président pour assurer sa victoire.

 

Repost 0
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 19:12

DSC00320 

 Un bourbier de Terre Nouvelle PK7

 

 

 

 

Depuis quelques années, les habitants du quartier Terre Nouvelle PK7, dans le 3ème Arrondissement de Libreville vivent dans l’insalubrité. Dans ce quartier, il est actuellement difficile de savoir si l’on est en saison des pluies ou en saison sèche tant la route qui y conduit est parsemée de bourbiers générés par les eaux issues des fosses septiques. Cette situation est à l’origine de certaines pathologies enregistrées dans cette zone. En dépit de nombreuses plaintes des riverains, rien n’y fait. Les responsables de la municipalité de Libreville qui passent par là pour le recouvrement des taxes auprès des commerçants restent indifférents à cette situation qui risque de provoquer des épidémies dans ce quartier du 3ème Arrondissement de Libreville. Il en est de même des responsables du ministère de l’Environnement. Les populations sont contraintes de marcher dans les eaux souillées avec tous les risques encourus. Il est temps que les autorités compétentes réagissent énergiquement pour éviter la catastrophe

Repost 0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 13:28

DCAM0097La 28ème Edition de la Journée Mondiale de la Danse qui avait pour thème : « La Danse : un autre langage »a été célébrée à Libreville du 14 au 15 mai 2010 à Libreville.

Les manifestations de cette Journée culturelle ont été lancées par un message radio télévisé du ministre de la Culture, René NDEMEZO’OBIANG, diffusé le vendredi 14 mai 2010.Le ministre NDEMEZO’O, dans sa déclaration, a fait observer que la danse est un art qui puise aux sources de nos traditions. Il a également insisté sur l’impérieuse nécessité de soutenir les acteurs culturels, les artistes et les intellectuels afin de leur permettre de s’exprimer pleinement et de vivre de leurs productions. Ce message a été suivi de la projection du film « Oyino Itonda » du Ballet National. Le lendemain de 16h à l’aube, à la Place de l’Indépendance, a été programmée la Grande nuit de la danse traditionnelle avec un spectacle sur podium. Parallèlement, se tenait une table ronde sur le thème de la Journée suivie de la projection du film intitulé : « OKA ! les danses du Gabon ». Un grand spectacle de danse traditionnelle sur le podium de la tribune du bord de mer a mis un terme à la 28ème Edition de la Journée Mondiale de la Danse.

Selon les documents publiés pour la circonstance par le ministère de la Culture, la danse est un art pluriel auquel on rend hommage. C’est aussi un art mutuel parce que partagé par l’ensemble de nos communautés culturelles. La danse est, pour les responsables du ministère de la Culture du Gabon, une forme particulière de la parole.

Repost 0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 13:14

8291014

C’est le 17 mai 2010, à la Cité de la Démocratie, que le Président de la République, Chef de l’Etat, Ali BONGO ONDIMBA, a solennellement ouvert les travaux des Etats Généraux de l’Education, de la Recherche et de l’Adéquation Formation-Emploi qui s’achèveront le 18 mai 2010. Cette grande rencontre qui rassemble l’expertise nationale et internationale doit faire des propositions au Gouvernement aux fins de sortir le système éducatif du marasme actuel.

De nombreuses personnalités ont pris part à cette cérémonie. Selon le Chef de l’Etat, les présentes assises doivent « amener l’ensemble des compatriotes concernés par les questions de formation et donc d’éducation à partager leurs réflexions et leurs expertises, afin de redessiner ensemble les voies à suivre pour parvenir à un système éducatif d’excellence dans notre pays ». La réforme envisagée a pour objectif de faire du système éducatif gabonais un système éducatif de référence qui dotera le Gabon de cadres compétents. Ali BONGO ONDIMBA a déploré le fait que les efforts déployés par ses prédécesseurs ont été réduits par des « comportements déviants » de nos compatriotes.

Ali BONGO ONDIMBA s’est également félicité du travail effectué par le Comité préparatoire qui a envisagé des pistes de solutions quantifiées et chiffrées. Celles-ci sont assorties d’une programmation décennale. Ces pistes vont être discutées par les experts du 17 au 18 mai 2010. Les conclusions provisoires estiment à plus de 1600 milliards de francs, sur une période de 10 ans.

Le Chef de l’Etat a demandé que soit inscrite une somme de 1,5 milliard de francs sur 10 ans pour encourager « les meilleurs enseignants, les meilleurs étudiants et les meilleurs chercheurs » en les dotant d’un « ordinateur éducatif » chacun.

Contrairement aux Etats Généraux de 1983, le Président de la République tient au suivi de la mise en œuvre des recommandations issues des présentes assises.

Repost 0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 13:11

 Une fillette de 8 ans a connu une mort atroce à Moukabou, un village de la Province de la Ngounié. En effet, le corps sans tête de Claudia Tsona a été découvert en aval de la rivière Divélé, située à l’entrée du village. Cette découverte a provoqué une vive émotion au sein de la communauté villageoise qui n’arrive pas à expliquer cet acte odieux. L’intéressé vivait sous la garde de son grand-père Jacques Nzondo, retraité. Ce dernier reconnaît avoir été abordé par deux inconnus qui lui avaient proposé une somme de 100000 f cfa en échange de l’un de ses petits fils. Selon des sources dignes de foi, les deux inconnus lui auraient promis de doubler la mise s’il acceptait de livrer sa petite fille. A la suite de ce meurtre, Jacques Nzondo a été mis aux arrêts et présenté au Procureur de la République qui l’a placé en détention préventive à la prison provinciale de Mouila.

Repost 0
BIKORO A FAM - dans Divers
commenter cet article
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 18:34

8291014.jpgL’ouverture des travaux des Etats Généraux de l’Education, de la Recherche et de l’Adéquation Formation Emploi a lieu le 17 mai 2010, à la Cité de la Démocratie à Libreville, conformément à la décision du Gouvernement. Il convient de souligner que le président du Comité d’organisation de ces assises, Pr MBATCHI, avait déjà remis le pré rapport du Comité au ministre de l’Education nationale, Mr Séraphin MOUNDOUNGA, lors d’une cérémonie solennelle qui avait pour cadre l’Auditorium de l’Ecole Normale Supérieure de Libreville.

Les Etats Généraux qui se tiennent du 17 au 18 mai 2010 verront, aux dires des organisateurs, des experts nationaux et internationaux qui ont pour mission de proposer aux autorités gabonaises des solutions aux problèmes qui minent le système éducatif gabonais. Ils vont donc réfléchir à la réhabilitation de ce système éducatif, qui, de l’avis de nombreux observateurs avertis, est malade.

L’initiative n’est pas mauvaise en soi. Toutefois elle suscite quelques interrogations au vu de certaines expériences antérieures. Pour mémoire, il convient de rappeler que des gabonais se sont déjà réunis à plusieurs reprises pour la même question. A l’issue de chacune de ces rencontres qui ont coûté très cher à l’Etat, des recommandations très pertinentes ont été faites. Des moyens ont même été débloqués pour la mise en œuvre de celles-ci. Rien n’y a fait. Il y a eu, entre autres réunions, de 1975 à 1982, avant les Etats Généraux de 1983:

-         Le 7ème séminaire des inspecteurs de l’Education nationale (Koula-Moutou, 30 juin-5juillet 1975) ;

-         La Commission Orientation-Formation (18 mai- 14 juin 1978) ;

-         Le 2ème Congrès extraordinaire du PDG (24-27 janvier 1979) ;

-         Le 8ème séminaire des inspecteurs de l’Education nationale (19-24 février 1979) ;

-         La Commission « Tronc-Commun » (4 mai-13 juin 1979).

Les résultats de ces différents travaux ont servi de soubassement aux Etats Généraux de 1983, qui, selon le discours officiel, s’explique par la nécessité d’adapter le système éducatif au contexte local et international et de lui assigner de nouveaux objectifs, en vue d’améliorer ses rendements. Tout ou presque a été dit au cours de ces assises de 1983. Curieusement, parmi tous les pays africains qui ont organisé des Etats Généraux, au cours de la même période, le Gabon a été le seul pays à ne pas mettre en place un organe chargé du suivi de la mise en œuvre des recommandations.

Après ces Etats Généraux, il y a même eu une Commission Interministérielle chargé de la Réforme du système éducatif gabonais. Qu’elles ont été les conclusions de cette Commission ?

Sur quoi réfléchit-on encore aujourd’hui ? Ne fait-on pas dans la diversion ? Est-il encore besoin de réfléchir après toutes ces rencontres qui ont mobilisé l’expertise nationale ?

S’il y a un pays qui a passé l’essentiel de son temps à réfléchir sans mettre en application les résultats de la réflexion, c’est bien le Gabon. Qu’a-t-on fait des résolutions du séminaire sur le redoublement, sur la suppression du concours d’entrée en 6ème ?

Nous espérons que cette fois-ci, tout sera mis en œuvre pour l’application des recommandations des assises de ce mois de mai pour qu’elles ne soient une rencontre de plus pour rien.

 

 

 

Repost 0