Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 22:16

      R  P  G
 

 

Liberté-Equité-Solidarité

 

« Si vous faites des plans sur un an, plantez du riz. Sur dix ans, plantez des arbres. Et sur toute une vie, éduquez vos enfants. » Confucius

 

LA CRISE DE L’ECOLE GABONAISE ET LA VISION DU RASSEMBLEMENT POUR LE GABON


Depuis de nombreuses années, notre système éducatif est traversé par des crises. Il ne se passe pas une année sans qu’on n’enregistre soit une grève des enseignants soit une grève des élèves et des étudiants. A l’ordre du jour, les mêmes revendications : mauvaises conditions de vie et de travail, paiement tardif des bourses, mauvais critères de sélection des étudiants, etc. Chaque fois, les autorités compétentes semblent surprises et tentent, tant bien que mal, de faire baisser la tension, parfois en cassant le tensiomètre, sans pour autant apporter une solution définitive aux problèmes posés. Cette situation ne saurait laisser le Rassemblement indifférent car l’Education est l’un des principaux piliers de son projet de société.

Dans cet article, nous explorons une piste qui pourrait certainement notre Ecole à retrouver la sérénité. Ce qui pourrait lui permettre d’accomplir ses missions.

En ce qui nous concerne, nous estimons que la nouvelle vision du RPG peut ramener la quiétude dans notre système éducatif.

Qu’envisage donc le Rassemblement relativement à l’école gabonaise ?

La vision du Rassemblement s’arrime à sa théorie du changement. En effet, pour le RPG, le schéma pour le changement est le CEA :

-          La Concertation

-          L’Explication

-          L’Application

Nous pensons que si l’on veut réaliser un changement durable, il faut le mener en trois étapes.

La première est celle de la concertation. Se concerter consiste à faire un inventaire des idées relatives à ce qu’on veut faire, les confronter et en établir une hiérarchie. Cela suppose qu’on prend le temps de discuter et d’écouter tout le monde afin d’arriver à un consensus. Le changement, à notre avis, ne concerne pas seulement quelques individus, un parti politique mais toute la communauté. Le principe de la

 

démocratie participative veut que soient consultés tous ceux qui sont concernés par ce qu’on veut changer.

La deuxième étape est celle de l’explication. Il s’agit de faire comprendre en détail par un développement oral et écrit. Le succès d’un changement, d’une réforme dépend des explications qu’on donne.

La troisième étape porte sur l’application, la mise en œuvre des décisions émanant de la concertation dans les termes où elles ont été énoncées afin que tout le monde se reconnaisse dans leur réalisation et que le changement souhaité soit effectif. Il y a des efforts à faire pour la promotion du changement. Cette théorie doit contribuer au renforcement de notre unité. Pour être en phase avec tout ce qui précède, le RPG, conscient de la nécessité de mettre en place un système éducatif efficace, respectueux des engagements internationaux et soutenu par toute la communauté nationale, se bat en faveur d’un système éducatif qui relève du domaine consensuel et qui ne soit pas l’apanage des seuls politiques. Son objectif est d’impliquer toute la Nation dans la prise des décisions touchant au secteur Education et Formation. Le secteur Education est si important qu’il ne saurait s’accommoder de la pratique de l’exclusion.

Par ailleurs, le Rassemblement a la ferme volonté de réinstaurer le principe de la gratuité scolaire (Ecole cadeau) qui va de pair avec celui de l’obligation scolaire.

Qu’est-ce que le cadeau dans l’esprit du Rassemblement ?

Pour le RPG, faire un cadeau, c’est donner quelque chose sans contrepartie. On ne fait pas de cadeau à n’importe qui, sans raison. Le cadeau extériorise l’intérêt que l’on porte à quelqu’un. On n’offre pas n’importe quoi à n’importe qui. D’où l’importance du choix du cadeau. Le cadeau du Rassemblement est fait sans arrière-pensée. Notre cadeau n’est pas intéressé. Il n’a pas pour objectif de faire du bénéficiaire un débiteur qui doit renvoyer l’ascenseur. Notre cadeau doit libérer et rendre l’homme autonome. Il est sans arrière-pensée électoraliste.

Qu’est-ce que le RPG entend par « Ecole Cadeau » ?

Il faut d’abord souligner que la gratuité de l’éducation fait indirectement référence à ses coûts. Or la structure des coûts de l’éducation

 

est complexe. Il y a, entre autres, les enseignants, les agents administratifs, les infrastructures, les transports, les manuels scolaires, les uniformes scolaires, les frais d’inscription, les frais d’homologation des diplômes, les frais d’assurance, la participation à l’association des parents d’élèves.

Pour le RPG, la mise en pratique de la gratuité ne peut s’arrêter à la simple suppression des frais de scolarité et à la distribution des manuels scolaires. Elle nécessite l’amorce d’un processus de prise en compte collective de l’ensemble des coûts inhérents à l’éducation. Autrement dit, l’Ecole Cadeau est une prise en charge totale des coûts de l’Education par l’Etat.

Au total, le fait d’impliquer toutes les forces vives dans la prise des décisions concernant l’éducation garantit le succès de tous les changements envisagés. De plus, l’état de pauvreté de la grande partie de nos populations nous exige une prise en charge des coûts de l’éducation pour assurer l’égal accès de l’instruction à tous. L’école cadeau permettra de réduire les inégalités et de relever le niveau général de l’éducation.

 

ACTIVITES DU PARTI

 

Le Président du Rassemblement Pour le Gabon, le Père Paul MBA ABESSOLE, procédera, le samedi 9 juin 2012, à l’installation du bureau du Conseil Communal de Libreville au siège du Parti sis à Petit-Paris.

        ---------------------------------------

Le Direction du RPG organisera la 2ème Edition des Journées d’Amitié du RPG le samedi 30 juin 2012 au siège du Parti sis à Petit-Paris (Libreville).

Toutes les activités programmées sont ouvertes à tous les Gabonais.

      --------------------------------------------

Par décision n° 0031/RPG/PP/SE/2010 du 31 mai 2012, le Président du Rassemblement Pour le Gabon a nommé les membres du bureau de la Cellule Géostratégique du Rassemblement Pour le Gabon.

Le bureau de la Cellule Géostratégique du Rassemblement Pour le Gabon est composé ainsi qu’il suit :

Président :           Léonard MBA ESSOGHO.

Vice-président : Jean-Marie NGUEMA NDONG.

Rapporteur :       Jean-Nestor NGUEMA MEBANE

Rapporteur Adjoint : Pascal NDONG NGOUA.

Membres : Charlotte KOMBILA

                      Marie Madeleine NYNGONE ANDA

                     Thérèse NYANGUI

                     Raymond Placide NDONG MEYO

                     Véronique OKOME BEKA

 

 

LE RESPECT SELON PAUL MBA ABESSOLE (Extrait de « L’EKAMA : La Voie Sûre du Développement des Villages » p. 15

 

« Qu’est-ce que le respect ? Le respect vient d’un mot latin « respectus » qui veut dire « égard, considération ». Respecter quelqu’un, c’est avoir du respect pour lui, le traiter avec égards et estime. Une autre forme de respect, c’est de considérer l’autre comme sujet de loi, comme une personne dont il faut protéger la dignité, les droits, la vie et la liberté.

Nos sociétés traditionnelles se caractérisaient par le respect que les gens avaient les uns pour les autres. Notre société actuelle est bloquée parce que les gens ne savent plus se mettre à leur place. Chacun veut prendre la place des autres et oublie d’occuper la sienne naturelle. A cause de cela, il y a des conflits qui empêchent le progrès.

 

Lisez et faites lire Minlan

 

           LA REDACTION

Repost 0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 16:27

      R  P  G                                                            MINLAN N° 12

                                                      Lundi 30 avril 2012

Liberté-Equité-Solidarité      BULLETIN D'INFORMATIONS INTERNES DU RASSEMBLEMENT POUR LE GABON

 

 

 

«Richesse par l’argent. Bien-être social réservé aux riches. Protection des riches par la puissance des armes. Cette trilogie constitue le pouvoir colonial ou impérial . » Albert Tévoédjrè


DE L’INSECURITE DANS NOTRE PAYS ET DES ESQUISSES DE SOLUTIONS


Ces derniers jours, de nombreux articles sont consacrés à l’insécurité qui prévaut dans nos villes et villages. En effet, il ne se passe pas un jour sans qu’un paisible citoyen ne se fasse détrousser par un délinquant. Ces agressions sont enregistrées aussi bien dans les rues que dans les domiciles. A ces actes s’ajoutent un autre phénomène social, les sacrifices humains. Il s’agit d’une pratique qui concerne une certaine catégorie des Gabonais. Celle qui est à la recherche des « postes juteux », ceux qui sont les mieux rémunérés aujourd’hui comme des fonctions politiques. Autrement dit, ceux qui sont à la recherche de l’argent facile, les partisans du moindre effort. Ces Gabonais sont prêts à tout pour devenir riches. Ils égorgent les autres comme des poulets pour atteindre leurs objectifs. Le Président de la République a énergiquement condamné ces pratiques d’un autre âge. Les députés, lors de la déclaration de politique générale du Premier ministre, ont

 

également dénoncé la recrudescence de ces crimes dans notre pays. Tous les Gabonais souhaitent qu’on réprime très sévèrement les auteurs de ces actes. La répression suffira-t-elle à endiguer le phénomène ? Ne faudrait-il pas aussi en rechercher les causes profondes en vue de trouver de véritables solutions ?

A notre humble avis, on devrait effectivement punir avec la dernière rigueur les auteurs des actes incriminés ainsi que leurs commanditaires, car nul n’a le droit de porter atteinte à la vie d’autrui. Cependant croire que la répression seule peut venir à bout de ce mal est une simple vue de l’esprit. Que faudrait-il donc ? Il conviendrait de rechercher les véritables causes du phénomène. En d’autres termes, pourquoi certains Gabonais agressent-ils les autres ? Pourquoi les sacrifient-ils ?

Du constat, il ressort le fait que certaines valeurs fondamentales telles que l’effort, le respect de la vie et le travail ont déserté notre pays. Aujourd’hui, la plupart des compatriotes ont tourné le dos à l’effort, au travail pour s’abandonner à la facilité. A leur avis, le travail n’est plus récompensé. Les fonctions politiques sont actuellement les mieux rémunérées et tout le monde ou presque veut y accéder. On peut, grâce à un poste politique et sans un bon

niveau d’instruction, percevoir des millions de francs CFA mensuellement. Une situation qui a finalement fait dire aux faibles d’esprit que les études n’ont aucune valeur. Il y a une autre forme de violence dont on ne parle pas suffisamment dans notre pays. Il s’agit de l’agression morale dont sont victimes de nombreux compatriotes, ceux qui sont sans emploi ou qui  parviennent difficilement à satisfaire leurs besoins vitaux. Chaque jour, ils subissent une forme de violence plus insidieuse. Il s’agit de l’exposition scandaleuse de la richesse accumulée par la haute classe qui heurte la piétaille qui, du reste, est incapable de procurer la pitance à sa progéniture. Personne ne parle de cette forme de violence qui pourrait expliquer, du moins en partie, l’insécurité que nous dénonçons présentement. En effet, comment comprendre qu’au moment où les trois quarts de la population tirent le diable par la queue, d’autres, moins nombreux, plastronnent avec des parcs automobiles impressionnants et des dizaines de villas. Il est tout aussi difficile d’expliquer à ces nombreux Gabonais que notre pays n’a pas de moyens quand d’autres nourrissent leurs chiens avec des centaines de kilogrammes de viande. Dans notre pays, nous avons un infinitésimal nombre de privilégiés qui s’enrichissent davantage au détriment de la majorité qui s’appauvrit davantage. Une telle situation ne peut que nous conduire dans une impasse. Si cela persiste nous ne serons pas loin d’une explosion sociale. En somme, la recrudescence de l’insécurité dans notre pays est probablement l’expression du mal vivre de nos populations. A la répression, il faudrait ajouter l’amélioration très sensible des conditions de vie des Gabonais qui, du reste, ne sont pas nombreux. Les autorités compétentes devraient répartir équitablement les ressources nationales en augmentant considérablement les salaires de l’ensemble des travailleurs tout en revoyant à la baisse les traitements accordés aux titulaires des postes politiques. On ferait désormais la politique pour défendre des idées et non pour s’enrichir. La réduction des salaires politiques au profit des travailleurs ordinaires a l’avantage de décourager les commanditaires des crimes rituels qui aspirent à occuper des postes politiques jugés « juteux » et de revaloriser le travail et l’effort. Par ailleurs, on pourrait également attribuer, comme l’avait proposé le Président du RPG, une allocation mensuelle de 30 000 FCFA à tous les sans emploi. Ainsi, chaque Gabonais pourrait bénéficier des fruits de la croissance de son pays.

LES EFFETS DES HORMONES SUR LES ÊTRES HUMAINS

 

Selon certains scientifiques, le comportement des hommes et des femmes seraient déterminés par les hormones, à savoir les androgènes (hormones sexuelles mâles) et les oestrogènes (hormones sexuelles femelles). Les androgènes sont un facteur d’agressivité alors que les oestrogènes sont un facteur d’émotivité. Psychologiquement, les comportements sont différents. L’être masculin, qui peut être une femme masculine, est un obsédé de la compétition, qui veut être le plus fort, le premier, le meilleur. Il est extraverti. Sa stratégie est une stratégie de pénétration.

L’être féminin, qui peut être un homme féminin, ne souhaite pas conquérir le monde mais vivre en harmonie avec lui. Il est introverti. Sa stratégie est une stratégie d’accueil et de contrôle.

 

Quelques définitions des termes liés à la violence

 

Le sadisme : c’est la perversion du comportement social qui s’exprime par la passion du contrôle de l’autre, par la passion de le réduire à l’état d’objet, par la passion d’en faire un esclave.

La nécrophilie caractérologique : est la psychose de celui qui a un attrait passionné, irrésistible, pour ce qui est mécanique, répétitif, ennuyeux, morbide, qui le pousse à salir, détruire et tuer.

 

2ème EDITION DES JOURNEES DE L’AMITIE DU RPG

 

Une note d’information signée du Président du Rassemblement Pour le Gabon (RPG)  en date du 17 avril 2012 fixe la date de la 2ème Edition des Journées d’Amitié. En effet, cette manifestation politique se déroulera à Libreville du 25 au 27 mai 2012. Le COMIFETE est déjà à pied d’œuvre pour la réussite de cette grande fête.

 

 

PREPARATION DE L’INSTALLATION DU BUREAU NATIONAL DU MOUVEMENT DES JEUNES DU RASSEMBLEMENT POUR LE GABON

 

Une note d’information signée du nouveau Président du MDJR, Jeff ELLE NGOMO, en date du 16 avril 2012 annonce la tenue de la réunion préparatoire à l’installation du Bureau National du MDJR pour le samedi 21 avril 2012.

 

PENSEE DE : J. STUART MILL

 

« Le meilleur état pour la nature humaine est celui dans lequel personne n’est riche, personne n’aspire à devenir plus riche et ne craint d’être renversé en arrière par les efforts que font les autres pour se précipiter en avant. »

 

 

Bonne Fête du Travail à tous !     

 

 

 

 LA REDACTION

Repost 0
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 14:15

REACTION DE LA CELLULE DE VEILLE DU RASSEMBLEMENT POUR LE GABON A L’ARTICLE PUBLIE PAR  LE QUOTIDIEN « L’UNION »INTITULE « Paul Mba Abessole, itinéraire d’un baroudeur »

 

Dans un article intitulé « Paul Mba Abessole, itinéraire d’un baroudeur » paru dans le quotidien gabonais « L’Union » du jeudi 1er Mars 2012 relatif au portrait de Paul Mba Abessole, Président du Rassemblement Pour le Gabon et 5ème Vice-président de l’Assemblée Nationale, Otembe Nguéma écrit : « On dit qu’il est détenteur de trois doctorats : en théologie, en sciences religieuses et en linguistique ». Comme on peut le constater, l’auteur de cette phrase, en l’occurrence Otembe Nguéma, émet des doutes sur la véracité des informations qui lui sont parvenues de Paul Mba Abessole lui-même. Ce qui veut dire le journaliste concerné avait la possibilité, avant la production de son article, de procéder à la vérification des données. Malheureusement, l’intéressé a choisi la voie de la facilité, avec une arrière-pensée de dénigrement.

La lecture des portraits présentés laisse apparaître le fait que seul celui de Mba Abessole contient des phrases qui traduisent le doute. En effet, pour démontrer que le Président du RPG est une personnalité douteuse, il introduit dans son article des propos qui sont de nature à semer le doute dans la tête des lecteurs. Toutes choses qui peuvent écorner et brouiller l’image de la personnalité concernée.

Dans l’article incriminé, on peut également lire ce qui suit : «  Prêtre au Gabon, jusqu’en 1976, il s’exile en France. Pour des raisons que l’on ignore. Mais dans l’opinion, c’est l’idée de graves divergences d’opinion et de pensée qui l’ont séparé du régime incarné par Omar Bongo et l’unique Parti Démocratique Gabonais (PDG) qui passe ». Si tant est que l’exil de Mba Abessole ne se justifie pas objectivement, comment expliquer alors que le Président Omar Bongo soit obligé d’autoriser sa venue comme il le dit dans la phrase ci-après : « En 1989, le président Omar Bongo souhaite affirmer une inclinaison réformiste et autorise la venue de Paul Mba Abessole pour une semaine ». Si sa venue est autorisée cela suppose qu’elle était préalablement interdite. Et pourquoi ?

Au regard de ce qui précède, Otembe Nguéma estime que Mba Abessole s’est exilé sans raison objective et que ce sont ses compatriotes qui ont cherché à justifier son exil. Autrement dit, Mba Abessole est une personnalité politique atypique, incohérente voire inconstante. Cela est clairement exprimé dans la phrase suivante : « L’homme va mener des actions politiques, oscillant entre radicalisme et convivialité ». Otembe Nguéma poursuit son œuvre destructrice par : « Mais il brouille l’image d’opposant sincère auprès de certains sympathisants ». Nous savons que l’auteur de cet article est le bras armé de ceux qui se sont donné pour objectif de « tuer » Mba Abessole et son Parti politique. Nous relevons aussi une constante : le journal « l’Union » s’attelle à noircir l’image de Mba Abessole depuis son retour au Gabon. Il l’a maintes fois, comme bien d’autres détracteurs, déclaré mort sans jamais annoncer sa résurrection. Le meilleur journaliste gabonais serait celui qui aura produit plus d’articles mortifères sur le leader du RPG. Mais que sont devenus tous ceux qui ont reçu la mission de détruire Mba Abessole et son Parti ? Nous souhaiterions que Otembe Nguéma en fasse le décompte. Cela lui permettrait de se raviser.

Revenons sur la question des diplômes de Paul Mba Abessole pour savoir si Otembe Nguéma trouve l’intéressé si nul au point de le croire incapable de réaliser ce qu’il pense être un « grand exploit », à savoir l’obtention de trois doctorats. Le doute exprimé dans l’article ne cache-t-il pas l’incapacité de l’auteur à réaliser la performance de Mba Abessole. Ce qui peut nous amener à nous interroger sur le cursus scolaire de l’auteur de l’article incriminé. Le parcours scolaire de ce dernier semble avoir connu des fortunes diverses, notamment son accès à l’enseignement supérieur. Nous rappelons à Otembe Nguéma que dans l’esprit de Paul Mba Abessole, de ses militants et de tous ceux qui partagent l’idée qu’il se fait de notre pays où qu’ils soient, l’obtention d’un diplôme ne constitue pas une fin en soi. Dans tous ses discours, le Président du RPG n’a jamais parlé de ses diplômes. Il se réclame plutôt de « L’Université d’Akamessatouk » dans laquelle il a reçu les enseignements des notables des neuf provinces du Gabon. C’est cette formation qu’il met souvent en valeur. Le fait que Paul Mba Abessole ait pu obtenir trois doctorats devrait plutôt nous amener à comprendre que tout Gabonais, placé dans des conditions idéales, peut, à l’instar du Président du RPG, obtenir plus de trois doctorats. C’est pourquoi Mba Abessole et ses amis se battent pour « l’Ecole cadeau » dans notre pays afin de donner à chaque jeune compatriote, quelle que soit, son origine sociale la possibilité d’accéder à un niveau d’instruction très élevé.

 

                                                                        Fait à Libreville, le 1er Mars 2012

 

La Cellule de veille du RPG

 

Repost 0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 12:07

        Après le lancement des activités de son nouveau Centre d'Apprentissage de Langues Nationales sis à la Mairie du 6ème Arrondissement de Libreville, le Père Paul Mba Abessole prépare la cérémonie de remise des premiers certificats d'études de Langue Fang.

        En effet, les cours de langue Fang ont été lancés au début du mois d'août, immédiatement après la signature d'un accord de partenariat avec la Mairie du 6ème Arrondissement. Avec un public constitué d'adultes et de jeunes enfants, Paul Mba Abessole décortique la langue fang du lundi au vendredi, à partir de 17h.

        A son actif, on citera la publication d'un premier recueil de textes disponible au Centre, les jours ouvrables. Un deuxième en cours de préparation.

        Le Centre décernera les premiers certificats d'études de la langue fang vers la fin du mois d'octobre 2011.

 

Repost 0
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 12:14
Repost 0
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 15:30

Photo-0004.jpgPhoto-0006

 

SIGNATURE D’UN ACCORD DE PARTENARIAT ENTRE LA MAIRIE DU 6ème ARRONDISSEMENT DE LIBREVILLE ET PAUL MBA ABESSOLE POUR LA CREATION D’UN CENTRE D’APPRENTISSAGE DES LANGUES NATIONALES GABONAISES

 

            La salle de réunion du Conseil Municipal du 6ème Arrondissement de Libreville a servi de cadre, ce mardi 02 août 2011 à 11h48, à la cérémonie de signature d’un Accord de Partenariat entre la Mairie de Libreville, représentée par le Maire Maurice OBIANG MORO et le Père Paul MBA ABESSOLE, Ancien Vice-Premier Ministre et Président du Rassemblement pour le Gabon (RPG), en sa qualité de Responsable du Projet d’apprentissage des langues nationales.

            Selon les termes de cet accord, le Maire du 6ème Arrondissement de Libreville s’est engagé à mettre à la disposition de Monsieur Paul MBA ABESSOLE, la salle dite « INFO SIDA » dans le cadre du projet d’apprentissage des langues nationales. L’intéressé disposera de cette salle, tous les jours ouvrables, du lundi au vendredi, à partir de 16h.

            En contrepartie, Paul MBA ABESSOLE  a l’obligation de faire maintenir en l’état le mobilier et toutes les installations de ladite salle.

            Cet accord de partenariat est conclu pour une durée de 3 ans et prend effet à compter du 02 août 2011, date de signature. Il est renouvelable par tacite reconduction, sauf résiliation pouvant intervenir de part et d’autre, à tout moment, par l’envoi d’une lettre. Chacune des parties a le droit de mettre fin à cet accord de partenariat lorsqu’elle jugera nécessaire moyennant la notification à l’autre par courrier, d’un préavis de trente jours.

            Il convient de souligner qu’après la signature de cet Accord, le Maire Maurice OBIANG MORO a tenu à lever une équivoque relativement à la cérémonie. Selon lui, ce n’est pas une cérémonie politique. La Mairie du 6ème Arrondissement a voulu, par cet acte, soutenir un projet culturel pertinent, dans un contexte où nos langues sont menacées de disparition. Aussi a-t-il rappelé que toutes les langues gabonaises doivent être enseignées dans le centre qui va voir le jour au 6ème Arrondissement. C’est pourquoi il a lancé un vibrant appel à tous les compatriotes qui maîtrisent leurs langues pour qu’ils se joignent à l’initiateur du projet afin de contribuer à la promotion de nos langues.

            Prenant la parole à son tour, l’initiateur du projet, le Père Paul MBA ABESSOLE a adressé ses sincères remerciements au Maire du 6ème Arrondissement de Libreville, Monsieur Maurice OBIANG MORO, pour son ouverture aux dimensions du pays et de sa diversité, car il a accepté que le Gabon puisse exprimer sa diversité linguistique au sein de son Institution. Il a tenu à revenir sur le caractère apolitique de l’événement. Si politique il y a, a-t-il poursuivi, c’est tout simplement le retour à nos langues, à nos traditions. Si on perd une langue, a-t-il déclaré, on aura tout perdu. Selon son constat, les Gabonais sont devenus aujourd’hui des répétiteurs de doctrines. Il souhaite plutôt que nos enfants reprennent les choses en mains, qu’ils soient des êtres autonomes qui se réapproprient leurs langues et leurs traditions. Ils doivent être capables d’analyser et d’acquérir le savoir. Au niveau de l’apprentissage de nos langues, a-t-il ajouté, nous accusons un retard énorme. Peut-être n’avons-nous pas encore pris la mesure du problème, de l’importance de nos langues nationales. Il n’a pas manqué d’inviter tous les compatriotes qui maîtrisent leurs langues maternelles à s’associer à son initiative pour contribuer à l’ouverture d’esprit de nos enfants.

            Paul MBA ABESSOLE a fait observer qu’il a personnellement travaillé sur la langue Fang qu’il lit et écrit couramment. Il a pu développer une méthode d’enseignement des langues gabonaises à partir de son expérience en Fang. Afin de joindre la parole à l’acte, il lance le cours inaugural avec les enfants et leurs parents ce vendredi 05 août 2011 à 17h pour montrer ce qu’est une langue.

            C’est le principe de l’école cadeau qui est retenu. Il n’y a pas de frais à payer. Le souci de l’initiateur du projet est de partager ce qu’il a appris. Toutefois, il est demandé aux apprenants de se munir de rames de papier pour la conservation des traces écrites.

 

                                                 Léonard MBA ESSOGHO

Repost 0
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 12:52

        Depuis son retour au Gabon en 1989, le Père Paul MBA ABESSOLE, Président du Rassemblement Pour le Gabon (RPG) a toujours été l'objet d'attaques de tous ceux qui voient en lui un danger. A la veille de chaque consultation électorale, ses détracteurs mettent leur intelligence au service de la destruction de cet empêcheur de tourner en rond. Leur principal objectif est de sortir définitivement Paul MBA ABESSOLE de la scène politique gabonaise. Les plus méchants s'emploient même à l'éliminer physiquement. Pourtant, ici et là comme nous l'avons dit précédemment, on parle d'un cadavre politique. Pourquoi cette haine viscérale à l'égard du Président du Rassemblement Pour le Gabon (RPG) qu'on dit mort politiquement?

      Ces assassins "des cadavres politique" viennent encore, à la veille des futures élections législatives, se faire remarquer par le lancement d'un tract qui fait état d'une recommandation de feu président de la République Gabonaise, Monsieur Omar BONGO ONDIMBA, faite à la banque BNP PARIBAS et plus précisément à l'Agence Clientèle Internationale sise à 2 Place de l'Opéra, 750002 à Paris. En effet, cette agence par sa responsable et conseillère, Madame Angèle BRUE - l'identité de cette dernière reste à déterminer- aurait reçu des instructions de son client aux fins de remettre une somme de 300 milliards de FCFA au Président du RPG, en guise de reconnaissance au soutien que ce dernier lui a apporté.

       Le document en circulation qui ne comporte aucune signature, en dehors du nom de la prétendue responsable et conseillère de BNP-PARIBAS, appelle de notre part quelques observations.

    D'une part,  BNP-PARIBAS est une banque mondialement connue et dont la bonne réputation ne souffre d'aucune contestation. De ce fait, ses responsables ne sauraient faire montre d'une telle légereté. D'autre part, la lecture du document laisse apparaître d'énormes lacunes  en français. Le(s) rédacteur(s) de ce tract ignore(nt) tout des règles de la grammaire française. C'est la preuve que ce document qui porte le logo de la BNP-PARIBAS ne vient pas des vrais responsables de cette banque. A ce sujet, nous vous proposons quelques extraits de ce tract pour apprécier vous-mêmes la qualité du document et le niveau de son ou de ses rédacteurs.

 

"Nous, BNP-PARIBAS de France, avons reçu des recommandations de la part de son excellence, Monsieur feu le président Omar BONGO ONDIMBA de vous remerciez personnellement en vous remettant la somme de 300 Milliards de FCFA.

Cet apport en numéraire est une manière pour lui de vous faire un présent quant à la manière dont vous lui avez soutenu durant toutes ces années...

C'est dans cette perspective, qu'il avait décidé de lui-même, vous faire ce présent en numéraire qui vous parviendra après son décès. Comme stipuler initialement, ce cadeau est une reconnaissance particulière témoignant son affection pour vous."

 

Avec de telles lacunes, on n'a pas besoin d'avoir son baccalauréat pour s'apercevoir que le document qui circule présentement à Libreville ne mérite aucune considération. D'autres personnalités ont reçu de tels documents qui ont aussi pour objectif de les arnaquer.

     Il faut dire que les auteurs de ce document ont été démasqués par le président du Rassemblement Pour le Gabon (RPG), le Père Paul MBA ABESSOLE. En effet, l'un des auteurs de ce tract a contacté le Président du RPG pour demander à ce dernier de lui verser au préalable une somme de 30 millions de FCFA pour  qu'il puisse entrer en possession des 300 milliards. Malheureusement pour l'intéressé, Paul MBA ABESSOLE n'est pas un homme politique qui se fait arnaquer par le premier venu. Toutefois, nous déplorons la naïveté de certains compatriotes qui prennent en considération le contenu des tracts. Beaucoup ont effectivement cru, à la lecture de ce tract, que le Président du RPG avait reçu les 300 milliards dont on parle. Quel pays?

 

 

 

Repost 0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 01:15

MEETING DE CLÔTURE DE LA CAMPAGNE DES PARTIELLES -copie-3

 

Depuis le déclenchement du processus démocratique dans notre pays et plus précisément depuis la Conférence Nationale de 1990, nous avons constaté que les Gabonais, dans l'ensemble, tournent le dos aux vrais problèmes auxquels leur pays est confronté.

En effet, au lieu de réfléchir sur l'avenir du Gabon et sur les moyens d'assurer son développement durable, une grande partie des compatriotes fait la politique de l'autruche et se livre à des ragots et à la diffamation des autres qui ne sont pas, dans la plupart des cas, responsables du marasme dans lequel se trouve plongé notre pays.

Parmi les cibles de ces ragoteurs et de ces diffamateurs figure un prêtre spiritain, Président du Rassemblement Pour le Gabon (RPG), le Père Paul MBA ABESSOLE.

Point n'est besoin de rappeler ici qu'il fut l'une des cibles privilégiées des "grands tribuns" de la Conférence Nationale qui voyaient en lui et en son parti politique la doublure du Parti Démocratique Gabonais (PDG). Il était curieusement devenu le principal responsable de l'état chaotique du Gabon. Il fut présenté aux gabonais, durant la campagne électorale des élections législatives de 1990, comme le mal du Gabon, l'homme politique le plus dangereux de la République qu'il fallait coûte que coûte éliminer de la scène politique nationale. Autrement dit c'est à cause de MBA ABESSOLE que:

• le Gabon a connu des décennies de monopartisme;

• le Gabon n'a pas pu soigner et éduquer convenablement ses populations;

• les Gabonais ne sont pas décemment logés;

• le réseau routier de notre pays est dans l'état que tout le monde connaît;

• de nombreux compatriotes se nourrissent à la décharge de Mindoubé;

• les élections sont mal organisées et leurs résultats constamment contestés;

En somme, c'est à cause de MBA ABESSOLE que le Gabon ne décolle pas.

Or, MBA ABESSOLE n'est rentré au Gabon qu'en 1989. Il n'était donc pas aux affaires. A titre de rappel, il convient de relever que MBA ABESSOLE a refusé le portefeuille de la Justice dans le Gouvernement d'OYE MBA en 1990. Ce fut Madame Cécile NKAMA, Magistrat et militante de son parti qui occupera ce poste.

Lorsque Paul MBA ABESSOLE lance le mot d'ordre de grève générale en 1992, en dépit de la reculade des leaders des autres partis de l'opposition et malgré le succès de l'opération, un cacique du PDG, Ministre de l'Intérieur de cette époque, n'a pas hésité à déclarer sa mort politique. Une vue de l'esprit.

Cette mort constamment annoncée n'a pas empêché le cadavre politique MBA ABESSOLE de hanter les esprits des milieux politiques gabonais. Comment un cadavre, autrement dit un corps sans vie peut-il faire peur au point d'user de toutes les manoeuvres sordides pour "l'assassiner"?

Une attitude aussi absurde appelle de notre part quelques commentaires. En effet si certaines actions sont menées dans l'ombre pour neutraliser ou assassiner politiquement MBA ABESSOLE, cela veut tout simplement dire qu'il n'est pas encore mort et qu'il constitue toujours, pour ces bandits politiques, un danger mortel.

La vérité est que Paul MBA ABESSOLE gêne. C'est un empêcheur de danser en rond. Le Président du RPG détient une arme redoutable pour ceux qu'il considère comme ses concurrents politiques: la vérité. C'est cette passion de la vérité qui lui permet de rappeler aux Gabonais d'origine et d'adoption qu'aucun développement sérieux et durable du pays ne être envisagé sans passer par:

• l'Ecole cadeau;

• l'Hôpital cadeau;

• le Travail pour tous;

• un logement décent pour chaque Gabonais.

Paul MBA ABESSOLE est un os qu'un paquet ne peut contenir sans courir le risque d'être percé ("éves kaghe ke mbôm").

S'agissant du manque de visibilité et de lisibilité dont on parle relativement à sa démarche politique, il faut dire que les tenants de cette idée brouillent eux-mêmes la lisibilité et la visibilité en question par l'intoxication dont ils sont les auteurs et les victimes en même temps. Leur objectif est de présenter MBA ABESSOLE comme le mal du pays. Ce qui est pour nous une véritable distraction, car MBA ABESSOLE n'a jamais été Premier Ministre ou Président de la République. Il est Président d'un Parti qui défend les mêmes idées pour le Gabon depuis 21 ans.

De nombreux compatriotes se laissent malheureusement prendre à ce jeu qui blanchit les vrais fossoyeurs de la République aux dépens des innocents tel un bandit qui est poursuivi et qui crie "au voleur!" pour distraire les gens et attirer plutôt leur attention sur ceux qui le poursuivent.

Aux assassins des "cadavres politiques", nous rappelons que "la politique ce n'est pas le mensonge."

Ayons le courage d'affronter la vérité. De toutes les façons, elle nous demandera, à chacun, des comptes lorsqu'elle décidera, le moment venu, de s'imposer de nuit comme de jour.

A bon entendeur salut!

 

 

MOAN ESSANKPWELE DULU ABE MINLANG MBENG

 

 

 

 

Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 11:44

MEETING DE CLÔTURE DE LA CAMPAGNE DES PARTIELLES -copie-3

 

 

C'EST QUOI ETRE JEUNE?

 

Ces derniers temps on ne cesse de parler du rajeunissement de la classe politique gabonaise. Un bon nombre de leaders politiques gabonais, aux dires de certains compatriotes, est déjà vieux. De l'avis de ces compatriotes, il conviendrait qu'une nouvelle génération d'hommes politiques, plus jeunes, leur succède. Ils voudraient voir à la tête des partis politiques des jeunes d'une trentaine ou d'une quarantaine d'années. Ce renouvellement de la classe politique pourrait donc faire avancer le Gabon. Cette façon de voir les choses soulève le problème de la définition de la jeunesse. C'est quoi être jeune? Est-on vieux parce que l'on a vécu très longtemps sur la terre? Pour une meilleure compréhension du concept jeune, nous vous invitons à méditer ce texte de Yoland GUERARD intitulé "Jeune éternellement".

 

Jeune éternellement


Peu importent les années qui passent

La jeunesse reste toujours un flot d'esprit;

On est jeune quand le courage l'emporte sur la peur,

Quand l'esprit d'aventure chasse la facilité,

Quand la volonté de vivre remplace le laisser-aller.

On ne vieillit pas nécessairement d'un an tous les ans.

On vieillit

chaque fois qu'on renonce à un idéal,

qu'on trahit une amitié,

qu'on abandonne son enthousiasme.

S'inquiéter, douter, craindre,

désespérer,

voilà qui fait courber l'échine

et vieillit l'homme avant son temps

et, qu'on ait 16 ou 60 ans,

il faut garder au fond du coeur

l'amour de ce qui est neuf,

la faculté de s'émerveiller,

la joie de vivre,

l'espoir de rester soi-même.

On est aussi jeune que sa confiance,

aussi vieux que ses doutes,

aussi fort que ce que l'on croit,

aussi dépassé que ses espoirs perdus.

Tant qu'on reste ouvert à la beauté, au courage, à la grandeur,

tant qu'on croit à l'homme et à l'infini,

on reste jeune éternellement.

 

                                Yoland GUERARD

 

En définitive, ce sont des leaders politiques qui doutent, craignent et désespèrent qui doivent quitter la scène politique. Ce sont aussi ceux qui ont renoncé à leur idéal, trahi, abandonné leur enthousiasme et qui ne sont plus aussi forts que ce qu'ils croient qui sont dépassés. Ce sont ceux-là qui, quel que soit leur âge, doivent faire place aux jeunes (jeunes compris dans le sens de Yoland Guérard).

 

Léonard MBA ESSOGHO

Repost 0
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 20:30

Campagne de l'élection partielle du 6 juin 2010 a-copie-2

 

Après l'installation des cellules dans la Commune de Ntoum, la Présidente du Conseil Provincial de l'Estuaire du Rassemblement Pour le Gabon, Madame Marie-Rose MELIGHE me NGWA a bouclé ce dimanche 26 juin 2011 sa tournée politique dans les 2ème et 3ème cantons du Département du Komo-Mondah.

Madame Marie-Rose MELIGHE me NGWA a saisi cette opportunité pour préparer la tournée que le Président du Rassemblement Pour le Gabon, le Père Paul MBA ABESSOLE, effectuera dans les prochains jours dans la Province de l'Estuaire, après celle du Woleu-Ntem.

La Présidente du Conseil Provincial n'a pas manqué également d'aborder avec ses militants et sympathisants la question des prochaines élections législatives pour lesquelles le RPG se prépare présentement.

Le compte-rendu de la réunion du Conseil Exécutif Elargi qui s'est tenue le jeudi 23 juin dernier et laquelle elle a pris part figurait aussi parmi les points inscrits à l'ordre du jour.

Il convient de souligner que  où Madame Marie-Rose MELIGHE me NGWA est passée, elle a eu droit à un accueil chaleureux. Les populations ont prêté une oreille attentive à toutes les consignes qu'elle leur a données. Elles attendent avec impatience le passage du Président du RPG.


Repost 0