Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 15:37

MEETING DE CLÔTURE DE LA CAMPAGNE DES PARTIELLES DU 6 JUIN

Depuis la signature de la Charte de la Majorité Républicaine pour l’Emergence par le Rassemblement Pour le Gabon (RPG), une vaste campagne de dénigrement contre son leader Paul MBA ABESSOLE est menée par les leaders de l’Union Nationale (UN) et leurs militants. Du point de vue de ces derniers, Paul MBA ABESSOLE est un traître, un Juda, pour s’être allié à quelqu’un qui ne fait pas partie de sa communauté culturelle. Ce discours à fort relent tribaliste à de quoi inquiéter. Dans les lieux publics, les transports en commun voire les bureaux administratifs, les fans d’André MBA OBAME ne s’empêchent pas de dire à qui veut l’entendre que les fang, par le biais de celui-ci prendront bientôt le pouvoir et en feront voir de toutes les couleurs aux « traîtres ». Il nous a été appris que les enfants reprennent toujours les discours de leurs parents. En effet, si les partisans d’AMO affichent publiquement leur tribalisme c’est qu’ils le tiennent de leur leader.

Avant d’aller plus loin, je voudrais revenir sur la définition du mot traître pour une meilleure compréhension.

Selon le petit Robert, traître vient du verbe latin tradere qui signifie « livrer ». Le traître est donc celui qui livre ou abandonne celui à qui il doit fidélité. C’est aussi celui qui dénonce, donne ou vend. Le traître est celui qui passe à l’ennemi et qui cesse d’être fidèle à quelqu’un auquel il est lié par une parole donnée ou une solidarité. C’est enfin celui qui livre un secret et qui laisse voir ce qu’on veut cacher.

Si MBA ABESSOLE est un traître, il l’est par rapport à qui ? Aux leaders de l’Union Nationale (UN) ou au peuple gabonais ? A qui a-t-il donné sa parole ? Le leader du RPG a-t-il livré un secret qu’il partageait avec les leaders de l’UN ? Si oui, lequel ?

La réponse à toutes ces questions permettrait d’éclairer notre lanterne. Il faut que l’on dise la vérité aux gabonais. Il ne faudrait pas qu’on leur conte des lanternes et qu’on les entraîne dans une voie sans issue.

De mon point de vue, je ne sache pas que Paul MBA ABESSOLE ait pris un quelconque engagement vis-à-vis de l’Union Nationale. Ce que je sais et que de nombreux compatriotes savent aussi, c’est qu’à la suite de la demande des compatriotes de voir l’opposition gabonaise présenter une candidature unique, Paul MBA ABESSOLE, déjà investi par son Parti, s’est désisté en faveur de son plus grand pourfendeur, André MBA OBAME. En prenant la décision de soutenir le candidat indépendant MBA OBAME alors qu’il remplissait lui-même toutes les conditions pour bénéficier de l’appui des autres candidats, Paul MBA ABESSOLE a démontré, une fois de plus, à l’opinion nationale et internationale qu’il privilégie l’intérêt général au détriment de l’intérêt personnel. Malheureusement, cet acte n’a pas été apprécié à sa juste valeur. Faut-il rappeler qu’au moment où il posait cet acte, l’actuel président de l’Union Nationale, Zacharie MYBOTO, et d’autres avaient maintenu leurs candidatures face à MBA OBAME. Contre toute attente, AMO n’a daigné manifester aucun signe de reconnaissance à l’égard du RPG et de son leader. Ce soutien a-t-il été considéré par les membres de l’Union Nationale comme un acte de trahison ? Que reproche-t-on alors à MBA ABESSOLE? Si ce soutien avait manqué à MBA OBAME peut-être aurait-on aussi fait porter la responsabilité de son échec au leader du RPG. Le soutien de MBA ABESSOLE a-t-il fait perdre « la clé » qui était censée donner accès au Palais du Bord de Mer? D’où vient alors la traîtrise? Quel secret le leader du RPG a-t-il livré « aux ennemis » si tant est qu’en politique on soit des ennemis ?

Selon certaines indiscrétions issues des milieux favorables à l’ancien ministre de l’Intérieur ci-devant « fils » du défunt président de la République Gabonaise, Omar BONGO ONDIMBA, il serait reproché à Paul MBA ABESSOLE  de se rapprocher des « bilops» et de barrer ainsi la route du pouvoir aux fangs. Les partisans de MBA OBAME ne s’en cachent pas. Il suffit de les entendre parler, sans retenue, dans les lieux publics, les transports en commun et même dans les bureaux administratifs pour s’en convaincre. D’ailleurs, ils promettent la géhenne aux « traîtres » et à tous ceux qui soutiennent le régime actuel. Les étrangers sont également menacés. Les militants de l’Union Nationale sont persuadés que MBA OBAME a retrouvé la clé qu’il avait perdu lors de la présidentielle anticipée du mois d’août 2009. Selon les mêmes indiscrétions, l’Union Nationale est en réalité dirigé par MBA OBAME qui se débarrassera le moment venu de Zacharie MYBOTO, le président officiel. Ce discours est tenu au sein de la communauté fang pour développer la haine contre Paul MBA ABESSOLE qui apparaîtra ainsi aux yeux de ceux qui sont sensibles à de tels propos comme un traître qui  marche sur la solidarité ethnique et qui empêche sa communauté culturelle d’accéder au pouvoir. Sous couleur de promoteurs de l’unité nationale, MBA OBAME et certains de ses amis de l’Union Nationale prônent publiquement la solidarité, la justice sociale. En privé, c’est le tribalisme à outrance. Cette pratique d’un autre temps peut diviser notre pays et compromettre ainsi son développement. Il y a lieu de rappeler que chaque communauté culturelle, comme le dit Paul MBA ABESSOLE, doit être considérée comme une lettre de l’alphabet. Si une seule vient à manquer, il sera difficile d’écrire tous les mots de la langue française. Aucune communauté culturelle, ne doit être exclue dans la gestion de notre pays. Aucune ne peut, seule, gérer le Gabon. Pour le leader du RPG, la différence existe pour créer la beauté et l’harmonie. Notre diversité n’est pas une tare. Elle permet de produire une dynamique de progrès. Nos communautés culturelles peuvent aussi être considérées comme des sons dont la combinaison crée l’harmonie. C’est pourquoi MBA ABESSOLE estime que nos différences n’ont rien à voir avec les divisions qui sont les conséquences des affrontements des égoïsmes. Selon lui, il est temps de promouvoir entre gabonais des relations éloignées de la hargne de certains compatriotes dont l’objectif est plus de diviser qu’unir. C’est dans cette veine qu’il n’a de cesse de rappeler qu’il n’a pas d’ennemis mais plutôt des concurrents politiques. C’est en homme libre, à l’écoute du peuple, qu’il a soutenu André MBA OBAME et c’est aussi en homme libre, soucieux de l’avenir du pays, qu’il a signé la Charte de la Majorité Républicaine pour l’Emergence.

Si être traître c’est penser que toutes les communautés culturelles doivent travailler la main dans la main pour le développement du Gabon;

Si être traître, c’est penser qu’aucune communauté ne doit être exclue de la gestion du pays;

Si être traître c’est dire que la politique n’est pas la guerre, qu’il n’y a pas d’ennemis mais des concurrents politiques;

Si être traître c’est accepter de discuter librement avec tous les gabonais quel que soit leur bord politique;

Si être traître c’est avoir le courage de défendre publiquement ses idées;

Si être traître c’est privilégier l’intérêt général au détriment de l’intérêt personnel, au vu de la définition que le petit Robert donne à ce mot, Paul MBA ABESSOLE n’en est donc pas un.

Le traître c’est celui qui fait la promotion du tribalisme;

Le traître c’est celui qui veut mener le peuple dans une voie sans issue;

Le traître c’est celui qui pense qu’il peut réussir en dénigrant ceux qui l’ont soutenu hier;

Le traître c’est enfin celui qui développe un double langage. En public, il prône l’unité nationale alors qu’en privé il tient un discours qui divise les gabonais. Le traître c’est celui qui n’a pas le courage de défendre publiquement ses idées.

Que ceux qui pensent qu’une communauté culturelle du Gabon peut, seule, gérer le pays sans l’apport des autres engagent publiquement le débat. Je verrai combien de compatriotes les suivront.

Partager cet article

Repost 0

commentaires