Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 19:42

 

 

La solidarité, selon le Petit Robert, est définie comme une relation entre personnes ayant conscience d’une communauté d’intérêts, qui entraîne, pour les unes, l’obligation morale de ne pas desservir les autres et de leur porter assistance. Autrement dit, les personnes solidaires se sentent liées par une responsabilité et des intérêts communs.

La solidarité est une valeur essentielle pour les républicains. Montesquieu disait que : « l’esprit de la république est la paix et la modération ». Cela veut dire que dans une république aucun citoyen ne doit être exclu. La solidarité exige un rassemblement de toutes les forces et de toutes les intelligences pour venir à bout des problèmes que nous vivons. Leur ampleur est telle que personne ne peut les résoudre tout seul. Or, depuis cinquante ans, le gouvernement gabonais, qui doit être républicain et qui a du mal à l’être, est marqué par la fragilité. La stabilité relative qu’il a connue était d’une nature plus personnelle qu’institutionnelle. L’inefficacité de ce gouvernement a ses origines dans les solidarités plus ou moins traditionnelles. Le loyalisme premier à l’égard de la famille a engendré un népotisme qui a imprégné toute l’administration. Le tribalisme a accru des solidarités ethniques et claniques. Un autre type de solidarité, le clientélisme, qui repose sur l’échange entre personnes contrôlant des ressources inégales, semble devenu la règle.

Pour un développement durable, il nous faut dépasser les solidarités qui ont freiné l’essor du Gabon depuis des décennies et en ont fait un pays des paradoxes. Nous devons mettre en place une nouvelle solidarité que nous appellerons « la solidarité républicaine ». Cette solidarité est liée à une politique humaniste propre au Gabon, « l’humanisme à visage différencié ». Selon cette vision, aucun gabonais dépositaire d’un savoir-faire ne doit rester totalement en dehors de la gestion de la chose publique. En d’autres termes, toutes les intelligences doivent y être associées. C’est pourquoi nos gouvernants doivent rompre avec le principe qui veut que tout appartienne à une minorité alors qu’une frange importante de la population croupit dans la misère, en dépit des ressources dont regorge notre pays. Elle commande un meilleur partage des ressources nationales.

Cette solidarité républicaine doit intégrer toutes nos différences culturelles afin de gérer notre pays dans l’équilibre et la paix. Cette œuvre républicaine sera celle de l’ensemble des gabonais sans distinction d’appartenance  provinciale, idéologique et politique si tant est que notre intérêt commun est le développement durable du Gabon dans la paix.

 

                                                                              LE GABONAIS

Partager cet article

Repost 0
bikorafam.over-blog.com - dans Politique
commenter cet article

commentaires