Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 14:38

 Un ennemi, selon le Petit Robert, est une personne qui déteste quelqu‘un et cherche à lui nuire. Les ennemis sont ceux contre lesquels on est en guerre. Par contre, un concurrent est celui qui tend à un but commun. Le concurrent contribue avec d’autres à un même résultat. La concurrence est une rivalité entre plusieurs personnes, plusieurs forces poursuivant un même but. Max Weber, dans son livre, Le savant et le politique, définit la politique comme « l’ensemble des efforts que l’on fait en vue de participer au pouvoir ou d’influencer la répartition du pouvoir soit entre les Etats, soit entre les divers groupes à l’intérieur d’un même Etat ». Il s’agit de l’ensemble des règles que s’impose à elle-même une collectivité pour vivre en sécurité. Au vu de ce qui précède, les hommes politiques qui appartiennent à des bords différents sont-ils des ennemis ou des concurrents ? La lecture des textes fondateurs des différents partis politiques de notre pays nous révèle que ces structures visent le bien-être et le développement du Gabon. Cela exige de chacun de nous des efforts sur soi : le dépassement de nos passions, de nos intérêts particuliers. Il va sans dire qu’avec un tel but personne ne peut et ne doit détester l’autre. Il est aussi hors de question de chercher à lui nuire ou à le détruire. Les partis politiques ne sont pas en guerre. Chacun d’eux, quel que soit son bord, doit contribuer à l’effort de construction nationale. L’extrait du préambule des Statuts d’un parti de la Majorité Républicaine nous édifie à ce sujet. Il stipule que : « L’histoire des sociétés humaines enseigne que, pour un meilleur développement des forces vives d’une nation, le brassage des opinions et la confrontation des expériences des uns et des autres aident à la résolution des problèmes vitaux qui conditionnent l’existence de la communauté. Il s’impose alors à toute société la participation de tous ses membres à l’effort de construction nationale. Cet effort est concrétisé par l’action nécessaire et indispensable des partis politiques et des différents groupements considérés comme fleuron de l’éveil des consciences populaires… ». Pour ce faire, nos débats doivent se situer résolument au niveau des idées. Nous devons refuser de nous livrer à des attaques personnelles, à des diffamations. Par contre, nous devons être sans complaisance pour la critique des idées. Notre devise devra désormais être « convaincre et non vaincre ». Il ne sert à rien de détruire l’autre. Cela ne peut résoudre les problèmes auxquels les gabonais sont aujourd’hui confrontés. En définitive, les partis politiques sont des concurrents car ils poursuivent le même but : le développement du Gabon.

 

                                                                                 LE GABONAIS

Partager cet article

Repost 0
bikorafam.over-blog.com - dans Politique
commenter cet article

commentaires