Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 16:27

      R  P  G                                                            MINLAN N° 12

                                                      Lundi 30 avril 2012

Liberté-Equité-Solidarité      BULLETIN D'INFORMATIONS INTERNES DU RASSEMBLEMENT POUR LE GABON

 

 

 

«Richesse par l’argent. Bien-être social réservé aux riches. Protection des riches par la puissance des armes. Cette trilogie constitue le pouvoir colonial ou impérial . » Albert Tévoédjrè


DE L’INSECURITE DANS NOTRE PAYS ET DES ESQUISSES DE SOLUTIONS


Ces derniers jours, de nombreux articles sont consacrés à l’insécurité qui prévaut dans nos villes et villages. En effet, il ne se passe pas un jour sans qu’un paisible citoyen ne se fasse détrousser par un délinquant. Ces agressions sont enregistrées aussi bien dans les rues que dans les domiciles. A ces actes s’ajoutent un autre phénomène social, les sacrifices humains. Il s’agit d’une pratique qui concerne une certaine catégorie des Gabonais. Celle qui est à la recherche des « postes juteux », ceux qui sont les mieux rémunérés aujourd’hui comme des fonctions politiques. Autrement dit, ceux qui sont à la recherche de l’argent facile, les partisans du moindre effort. Ces Gabonais sont prêts à tout pour devenir riches. Ils égorgent les autres comme des poulets pour atteindre leurs objectifs. Le Président de la République a énergiquement condamné ces pratiques d’un autre âge. Les députés, lors de la déclaration de politique générale du Premier ministre, ont

 

également dénoncé la recrudescence de ces crimes dans notre pays. Tous les Gabonais souhaitent qu’on réprime très sévèrement les auteurs de ces actes. La répression suffira-t-elle à endiguer le phénomène ? Ne faudrait-il pas aussi en rechercher les causes profondes en vue de trouver de véritables solutions ?

A notre humble avis, on devrait effectivement punir avec la dernière rigueur les auteurs des actes incriminés ainsi que leurs commanditaires, car nul n’a le droit de porter atteinte à la vie d’autrui. Cependant croire que la répression seule peut venir à bout de ce mal est une simple vue de l’esprit. Que faudrait-il donc ? Il conviendrait de rechercher les véritables causes du phénomène. En d’autres termes, pourquoi certains Gabonais agressent-ils les autres ? Pourquoi les sacrifient-ils ?

Du constat, il ressort le fait que certaines valeurs fondamentales telles que l’effort, le respect de la vie et le travail ont déserté notre pays. Aujourd’hui, la plupart des compatriotes ont tourné le dos à l’effort, au travail pour s’abandonner à la facilité. A leur avis, le travail n’est plus récompensé. Les fonctions politiques sont actuellement les mieux rémunérées et tout le monde ou presque veut y accéder. On peut, grâce à un poste politique et sans un bon

niveau d’instruction, percevoir des millions de francs CFA mensuellement. Une situation qui a finalement fait dire aux faibles d’esprit que les études n’ont aucune valeur. Il y a une autre forme de violence dont on ne parle pas suffisamment dans notre pays. Il s’agit de l’agression morale dont sont victimes de nombreux compatriotes, ceux qui sont sans emploi ou qui  parviennent difficilement à satisfaire leurs besoins vitaux. Chaque jour, ils subissent une forme de violence plus insidieuse. Il s’agit de l’exposition scandaleuse de la richesse accumulée par la haute classe qui heurte la piétaille qui, du reste, est incapable de procurer la pitance à sa progéniture. Personne ne parle de cette forme de violence qui pourrait expliquer, du moins en partie, l’insécurité que nous dénonçons présentement. En effet, comment comprendre qu’au moment où les trois quarts de la population tirent le diable par la queue, d’autres, moins nombreux, plastronnent avec des parcs automobiles impressionnants et des dizaines de villas. Il est tout aussi difficile d’expliquer à ces nombreux Gabonais que notre pays n’a pas de moyens quand d’autres nourrissent leurs chiens avec des centaines de kilogrammes de viande. Dans notre pays, nous avons un infinitésimal nombre de privilégiés qui s’enrichissent davantage au détriment de la majorité qui s’appauvrit davantage. Une telle situation ne peut que nous conduire dans une impasse. Si cela persiste nous ne serons pas loin d’une explosion sociale. En somme, la recrudescence de l’insécurité dans notre pays est probablement l’expression du mal vivre de nos populations. A la répression, il faudrait ajouter l’amélioration très sensible des conditions de vie des Gabonais qui, du reste, ne sont pas nombreux. Les autorités compétentes devraient répartir équitablement les ressources nationales en augmentant considérablement les salaires de l’ensemble des travailleurs tout en revoyant à la baisse les traitements accordés aux titulaires des postes politiques. On ferait désormais la politique pour défendre des idées et non pour s’enrichir. La réduction des salaires politiques au profit des travailleurs ordinaires a l’avantage de décourager les commanditaires des crimes rituels qui aspirent à occuper des postes politiques jugés « juteux » et de revaloriser le travail et l’effort. Par ailleurs, on pourrait également attribuer, comme l’avait proposé le Président du RPG, une allocation mensuelle de 30 000 FCFA à tous les sans emploi. Ainsi, chaque Gabonais pourrait bénéficier des fruits de la croissance de son pays.

LES EFFETS DES HORMONES SUR LES ÊTRES HUMAINS

 

Selon certains scientifiques, le comportement des hommes et des femmes seraient déterminés par les hormones, à savoir les androgènes (hormones sexuelles mâles) et les oestrogènes (hormones sexuelles femelles). Les androgènes sont un facteur d’agressivité alors que les oestrogènes sont un facteur d’émotivité. Psychologiquement, les comportements sont différents. L’être masculin, qui peut être une femme masculine, est un obsédé de la compétition, qui veut être le plus fort, le premier, le meilleur. Il est extraverti. Sa stratégie est une stratégie de pénétration.

L’être féminin, qui peut être un homme féminin, ne souhaite pas conquérir le monde mais vivre en harmonie avec lui. Il est introverti. Sa stratégie est une stratégie d’accueil et de contrôle.

 

Quelques définitions des termes liés à la violence

 

Le sadisme : c’est la perversion du comportement social qui s’exprime par la passion du contrôle de l’autre, par la passion de le réduire à l’état d’objet, par la passion d’en faire un esclave.

La nécrophilie caractérologique : est la psychose de celui qui a un attrait passionné, irrésistible, pour ce qui est mécanique, répétitif, ennuyeux, morbide, qui le pousse à salir, détruire et tuer.

 

2ème EDITION DES JOURNEES DE L’AMITIE DU RPG

 

Une note d’information signée du Président du Rassemblement Pour le Gabon (RPG)  en date du 17 avril 2012 fixe la date de la 2ème Edition des Journées d’Amitié. En effet, cette manifestation politique se déroulera à Libreville du 25 au 27 mai 2012. Le COMIFETE est déjà à pied d’œuvre pour la réussite de cette grande fête.

 

 

PREPARATION DE L’INSTALLATION DU BUREAU NATIONAL DU MOUVEMENT DES JEUNES DU RASSEMBLEMENT POUR LE GABON

 

Une note d’information signée du nouveau Président du MDJR, Jeff ELLE NGOMO, en date du 16 avril 2012 annonce la tenue de la réunion préparatoire à l’installation du Bureau National du MDJR pour le samedi 21 avril 2012.

 

PENSEE DE : J. STUART MILL

 

« Le meilleur état pour la nature humaine est celui dans lequel personne n’est riche, personne n’aspire à devenir plus riche et ne craint d’être renversé en arrière par les efforts que font les autres pour se précipiter en avant. »

 

 

Bonne Fête du Travail à tous !     

 

 

 

 LA REDACTION

Partager cet article

Repost 0

commentaires