Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 14:18

 

Dans une de nos publications antérieures, nous vous avions dit que Zacharie MYBOTO, ancien hiérarque du PDG, victime des manœuvres de certains de ses anciens camarades, n’avait pas encore dit son dernier mot. Cet ancien baron du PDG s’était engagé à prendre sa revanche sur ceux qui l’avaient prématurément poussé à la porte de sortie de son ancien parti. Il attendait le moment opportun pour mettre à exécution son plan.

C’est l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009 qui va permettre au Boa de Mounana de porter un coup fatal à AMO, ancien candidat indépendant, à la recherche d’un Parti au sein duquel il aurait le beau rôle. L’illustre fils du Haut – Como est tombé sous le charme du Président de l’UGDD qui, aux dires des partisans d’AMO, aurait demandé  à ce dernier de le rejoindre aux fins de prendre les rênes de son Parti alors que Zacharie lui-même inaugurerait les chrysanthèmes. Il se dit également dans les milieux proches d’AMO que MYBOTO ne sera pas candidat aux prochaines présidentielles. C’est pourquoi AMO estime qu’il peut prendre l’UGDD comme Léon MBA l’avait fait avec le BDG de GONDJOUT.

En acceptant « l’offre » de MYBOTO, AMO et ses amis sont pris au piège. Ils n’ont pas évalué la capacité de nuisance du Boa de Mounana. Zacharie n’est pas aussi naïf pour se faire hara kiri. Il a réussi la première étape de sa démarche : l’adhésion d’AMO à son Parti. En cas de manœuvres de déstabilisation de la part de l’Homme de Barcelone, le Président de l’UGDD pourra le mettre à la porte comme un malpropre. MYBOTO sait très bien que l’adhésion d’AMO à l’UGDD va nécessairement provoquer un effet pervers : le rejet de l’électorat du Woleu-Ntem qui ne comprendra pas la démarche de l’illustrissime fils de Medouneu et celui des  cadres de l’UGDD qui n’acceptent pas l’introduction d’un ver dans leur fruit. Malgré tout cela, MYBOTO tient d’abord à réduire AMO à sa plus simple expression. Selon les nouvelles qui nous parviennent de la Province septentrionale du Gabon, AMO serait déjà traité de traître. Les populations qui l’ont soutenu ne se retrouvent pas dans ses choix. Elles ont tout simplement compris qu’elles ne pouvaient plus compter sur la proie du Boa de Mounana.

MYBOTO a donc eu raison d’AMO. Ce dernier avait déjà oublié ses manœuvres qui ont poussé  Zacharie à la démission du PDG. Tel est pris qui croyait prendre. AMO termine sa carrière politique dans le ventre du Boa de Mounana. Un grand reste toujours un grand, a-t-on coutume de dire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires